Le dernier mot du prévenu: Légalisez le cannabis!

26 07 2010

Peut-être aurait-il du utiliser un véhicule plus discret?

Publié ce vendredi sur l’independant.fr:

Le 13 juin, à Villemoustaussou, un jeune était contrôlé avec de « l’herbe » dans sa voiture. Il a réclamé, hier, au tribunal, la « légalisation du cannabis« .

Curieuse défense que celle de ce jeune homme d’une trentaine d’années, cité à comparaître, hier matin, devant le tribunal correctionnel de Carcassonne, pour conduite sous l’emprise de cannabis et usage de produits stupéfiants. Tandis qu’il avait été contrôlé, le 13 juin dernier à Villemoustaussou, avec quatorze pieds de « beuh » dans sa voiture, et qu’il présentait des troubles liés à la consommation de drogue, l’intéressé a réclamé ni plus ni moins la « légalisation du cannabis. » Il est vrai qu’il était lui-même son propre avocat, et n’avait jusqu’ici jamais connu l’enceinte d’un palais de justice. Et donc les attentes des magistrats.

« Je suis un honnête citoyen »

« La loi prévoit que le dernier mot revienne au prévenu. Qu’avez-vous à dire pour votre défense ? », demandait la présidente du tribunal, Mme Martin de la Moutte. Réponse : « Je ne me considère pas comme un criminel, et pourtant j’ai été placé en garde à vue. Je ne fume que le soir. Or, j’ai été arrêté à 11 h du matin. Je suis un honnête citoyen père de famille, je n’ennuie personne. Je demande la légalisation du cannabis ». Sauf que nous ne sommes pas encore au Pays-Bas, et qu’en France, le simple usage de produits stupéfiants est puni par la loi. Le sang du substitut du procureur, M. Piquet, n’a alors fait qu’un tour. « Monsieur est peut-être un bon père de famille, mais il est un danger public, à conduire sous l’empire de cannabis. » Le magistrat représentant le ministère public demandait la peine de 1 500 euros d’amende, ainsi que huit mois de suspension du permis de conduire. Une sanction qui a été en partie confirmée par le tribunal. En partie seulement, car le montant de l’amende a été ramené à 1 000 euros.

Par Rémi Lebrère Lire le reste de cette entrée »





Conduite sous cannabis: la loi a-t-elle des lacunes?

22 07 2010

Suisse- La découverte dans le sang de la substance interdite ne suffit plus pour sanctionner un conducteur. Un motard a plaidé avec succès qu’il ignorait être hors la loi deux jours après avoir fumé un joint. Tout se complique.

A moins d’être pris en flagrant délit de fumette, les conducteurs amateurs de la cigarette qui fait rire vont devenir plus difficiles à confondre si l’on se réfère à un arrêt récent du Tribunal fédéral.

Il n’y avait pas d’odeur suspecte dans l’habitacle, et pour cause: l’intéressé était un motard. L’infortuné pilote de deux-roues, heurté par une voiture, gravement blessé, a pourtant été reconnu coupable par la justice vaudoise d’incapacité de conduite et d’infraction à la loi sur les stupéfiants. Son sang contenait 2,3 microgrammes par litre de tétrahydrocannabinol (THC), substance active du cannabis. Jusque-là rien d’illogique. Or, il vient d’obtenir gain de cause devant le Tribunal fédéral.

Les juges vaudois avaient considéré que le principe légal de tolérance zéro n’a besoin d’aucune autre preuve que la découverte dans le sang de la substance interdite, dès lors que le seuil de détection fixé à 1,5 microgramme est franchi. La réalité est loin d’être aussi simple. Lire le reste de cette entrée »





Cannabis: Le débat s’impose

7 07 2010

Au mois de mars dernier, The Economist titrait « Comment faire cesser la guerre des drogues ». La revue britannique démontre – chiffres à la clé – que la légalisation d’un certain nombre de drogues serait « la moins mauvaise chose à faire » en terme de lutte contre le cannabis. Le raisonnement est le suivant : la prohibition nourrit la contrebande et le crime organisé, défavorise les pays les plus pauvres et – cerise sur le gâteau – s’avère réellement inefficace à réduire la consommation de cette drogue, dans pratiquement tous les pays de prohibition. Le débat en France reste pourtant vicié, sinon impossible. CQFD

« Ne fermons pas les yeux »

Ce titre est celui de la dernière campagne anti-drogues en France. C’est un beau slogan pour une telle campagne : car toute politique de prévention sur la drogue a pour objectif d’informer les citoyens sur les dangers de la drogue. Il s’agit donc d’éclairer les citoyens pour ne pas tomber dans certains pièges, et aussi pour faciliter l’accès aux services publics de l’aide aux toxicomanes et aux alcooliques.

Or, la prévention 2009 en France sur le cannabis (qui rentre maladroitement dans le panier des drogues dures) est un véritable ramassis de mensonges : l’un des spots intitulé « si les dealers vous disaient la vérité » commence avec un fond noir, une musique agressive, puis expose au téléspectateur un prototype de dealer diabolique d’une trentaine d’années, barbu, cheveux longs avec un phrasé particulièrement vulgaire. Il tient ensuite un discours à l’acheteur potentiel, c’est-à-dire le téléspectateur lui-même, en insistant sur « toutes les merdes » qu’il ajoute à son « shit ». Bien sûr, les symptômes sont annoncés : sueur froide, crise de paranoïa et finalement, hallucinations et défenestration. Symptômes que l’on observe… pas vraiment.

Ce qui choque, c’est la déformation complète de la réalité : on sur-représente certains aspects, on occulte certains autres, comme un miroir déformant. Il n’y a pas, dans cette campagne, un seul chiffre, ni un seul fait. Alors que les campagnes sur l’alcool, ou – dans un autre domaine – sur les accidents de la circulation, peuvent ouvrir un débat serein sur les faits, parce qu’elles nourrissent leur prévention de faits, et s’appuient sur des expériences concrètes. Mais sur le cannabis, le gouvernement n’a pas une politique de vérité, mais une politique de contre-vérité par une désinformation, en modèle de miroir déformant : diaboliser pour mieux combattre.

Propos de scientifiques éminents à l’appui, voici ce que l’on peut dire… sans pour autant clore le débat médical.

Lire le reste de cette entrée »





Les entreprises du Colorado autorisent-elles le cannabis médical au travail?

19 03 2010

Medicinal cannabisQuand il s’agit de la marijuana médicale, les employeurs du Colorado sont pris a parti entre les législations contradictoires.

L’état de l’amendement de la marijuana médicale, adoptée par les électeurs en 2000, stipule que les employeurs n’ont pas à répondre à l’utilisation médicale de la marijuana dans les lieux de travail.

Mais une autre loi du Colorado, promulguée il ya quelques années pour protéger les fumeurs de cigarettes, interdit le licenciement des employés pour s’etre livrer à des activités juridiquement regulées pendant les heures chômées.

Cela suggère que les personnes qui fument la marijuana médicale avant d’arriver au travail pourraient être protégés par le droit étatique, que leur employeur le veuille ou non. Et avec une estimation d’environ 30.000 citoyens du Colorado désormais qualifiables pour l’usage de la marijuana médicale, les employeurs sont de plus en plus inquiet.

C’est le genre de dilemme que nombre d’employeurs dans d’autres États ont dû faire face et qui sont en recrue des sens, depuis que la marijuana médicale suscite un support grandissant.
Lire le reste de cette entrée »





Comment rouler un joint? Jumbo et Fusée

13 10 2009

Jumbo:

L´autre nom du jumbo est aussi la mitraillette:

Comment rouler un joint? Turbo

Fusée:

Comment rouler un joint? Fusee





Comment rouler un joint? Sifflet brésilien

13 10 2009

Sifflet brésilien:

Comment rouler un joint? Sifflet bresilien
Rouler trois joints à deux feuilles en rectangle. Préparer un long filtre enroulé d´une feuille dans lequel on perce d´un côté trois trous pour les joints, et de l´autre, un trou pour le filtre par lequel on inspire. Pour fumer, boucher les trous d´arrivée d´air.





Comment rouler un joint? Joints Plats et Géométriques

13 10 2009

Joint Plat:

Préparer deux filtres (que l´on peut solidariser avec une demi feuille). Rouler ensuite un joint à l´aide d´un montage à trois feuilles biseautées. Poser le joint sur une table et presser sur le tabac. On obtient ainsi un joint aplati de forme parallèllépipédique.
!! Attention, ne pas écraser les filtres !!

Comment rouler un joint? Joint plat

Joint Géométrique:

Il suffit de rajouter un filtre par côté supplémentaire au joint plat et de presser sur autant de côtés qu´il y a de filtres:

Comment rouler un joint? Joints geometriques

Comment rouler un joint? Joints geometriques








%d blogueurs aiment cette page :