Cannabis: consommation en baisse parmi les jeunes Tchèques

5 12 2012

PRAGUE (République Tchèque)

Le pourcentage de jeunes consommateurs de cannabis en République tchèque a baissé de 20,3% en 2010 à 16,1% en 2011, rapporte mardi à Prague l’Observatoire national des drogues, qualifiant toutefois d’alarmante la situation sur le plan de la consommation d’alcool et de tabac.

Le niveau de consommation des drogues illégales demeure stable, ayant même une tendance à la baisse parmi la jeunesse, ce qui est très positif, selon un rapport de l’Observatoire.

La baisse concerne la tranche d’âge de 15 à 34 ans, précise cet organisme gouvernemental.

Je ne sais pas si l’on peut déjà parler d’une véritable tendance, mais j’espère que la courbe continuera à baisser dans les années à venir, a déclaré à l’AFP Jindrich Voboril, coordinateur de la politique antidrogue du cabinet.

Selon lui, cette baisse est le résultat des programmes de prévention réalisés au niveau gouvernemental et ceux d’autres organismes développant leurs activités dans ce domaine, ainsi que d’un certain changement des modes de comportement au sein de la jeune population.

La République tchèque est un des pays européens les plus libéraux vis-à-vis du cannabis. Les personnes qui possèdent jusqu’à 15 grammes de marijuana ou font pousser chez eux jusqu’à 5 plants ne risquent qu’une amende.

Dans le passé, l’usage des drogues a été beaucoup plus lié à la sous-culture. Aujourd’hui, les jeunes y ont surtout recours alors qu’ils s’amusent, écoutent de la musique et dansent, indique M. Voboril.

Et là, c’est plutôt l’alcool qui sert de drogue d’initiation, dit-il.

L’Observatoire national cite une étude européenne selon laquelle 66% des garçons et 50% des filles tchèques âgés de 16 ans boivent régulièrement de l’alcool. 27,2% des garçons et 24,2% des jeunes filles fument au moins une cigarette par jour.

Ces chiffres montrent que la République tchèque vient malheureusement en tête de l’Europe dans l’usage par les jeunes de l’alcool et du tabac, a admis M. Voboril, l’attribuant à l’absence d’une campagne de prévention visant cette partie de la population. (Source: AFP / 04 décembre 2012 20h14)

En lisant cet article il est une évidence qui ne peut être ignorée, le statut juridique n’as qu’une influence minime sur la consommation. En effet, si l’alcool et le tabac sont des drogues de prédilection pour les jeunes Tchèques, comment expliquer qu’ils aient réduit leur consommation d’une drogue récemment décriminalisée comme le cannabis et que des drogues de tout temps disponibles sont de plus en plus consommées?

La réponse apporté par M. Voboril est révélatrice du vrai problème: une prévention pas assez ciblée et un comportement qui évolue au fil des générations. Pas un instant il ne considère la décriminalisation comme responsable car il est évident que si c’était le cas, la consommation de tabac et d’alcool présenterait des taux d’usage relativement faible depuis le temps qu’ils sont légaux.

Il est temps de prendre le problème à bras le corps et de se poser les bonnes questions pour réduire les risques liés à l’usage de toutes ces substances, la prohibition a clairement montré ses défaut et d’autres mesures bien plus efficaces doivent être envisagées et implémentées.





Cannabis, violence et criminalité

3 02 2011

Il est évident qu’il existe une certaine association entre les substances psychoactives et la criminalité.  Il est tout aussi évident que ce lien est beaucoup plus complexe qu’on ne le dit parfois, comme l’a souligné le professeur Brochu lors de son témoignage devant le Comité.

« Seulement à mon bureau de l’Université de Montréal, 2 973 études tentent d’établir un lien entre les substances psychoactives et la criminalité.  La majorité de ces études viennent des États-Unis ou de pays anglophones, et cela a pour effet de teinter quelque peu la vision des choses parce qu’on sait que nos voisins américains ont opté pour une approche répressive dans le domaine des drogues illicites.  Ce qui ressort de l’ensemble de ces études, c’est la complexité du lien entre la drogue et le crime. »

Depuis son témoignage, le professeur Brochu a rendu publique l’étude dont il a fait mention au Comité.

On peut examiner la relation drogue – criminalité sous au moins trois angles : les effets de la substance elle-même, les effets du coût de la substance, et l’appartenance de la drogue au monde illicite.cannabis violence et criminalité

Une proportion importante des contrevenants a des problèmes reliés à l’abus de substances psychoactives, l’alcool au premier plan.  De fait, l’étude conclut que l’alcool est la substance la plus fréquemment associée aux délits de violence ; dans le cas des délits contre la propriété, ce sont les drogues illicites qui dominent.  Le cannabis venait au troisième rang (3 à 6 % selon l’étude), loin derrière l’alcool (24 %) et la cocaïne (8 à 11 %).

Sur la seconde approche, les auteurs établissent qu’entre 17 % et 24 % des détenus ont commis une infraction pour se procurer l’argent nécessaire à l’achat de la substance de choix, la plupart du temps de la cocaïne.

Enfin, sur la troisième approche, le fait que les drogues illicites soient marginalisées fait en sorte d’exposer les usagers à un milieu déviant.  Nous avons noté à la section précédente que, concernant le cannabis, le fait que les revendeurs puissent offrir de l’héroïne ou du crack en même temps que du cannabis peut favoriser une trajectoire de passerelle vers ces autres drogues.  De la même manière, le fait que ces substances soient illégales peut contribuer à amener des personnes vers une trajectoire délinquante.  De plus, le milieu du trafic de drogues est un milieu relativement violent où se commettent toute une série d’infractions.  Enfin, le seul fait de vendre du cannabis constitue en soi une infraction pénale et l’on sait qu’un certain nombre de personnes sont incarcérées pour cette raison (du moins si la quantité est supérieure à 30 grammes).

Au total, le cannabis en soi ne mène pas à une trajectoire délinquante et c’est plutôt l’inverse qui pourra se produire : une personne s’inscrivant jeune dans une trajectoire de délinquance sera plus rapidement exposée aux drogues illicites et pourra expérimenter plus tôt et s’installer plus tôt dans une carrière de consommateur.

De plus, en raison même de ses effets psychoactifs relaxants et euphorisants et de ses effets moteurs sur le relâchement du tonus musculaire, le cannabis est peu propice à entraîner des actes de violence.

Les données des études sur les consommateurs à long terme confirment ce portrait d’ensemble sur la relation entre cannabis et criminalité.  Ainsi, Cohen et Kaal ont observé que moins de 5 % de leurs répondants avaient commis des infractions pour obtenir du cannabis (menus larcins, vol à l’étalage, vols).  L’infraction la plus fréquemment commise pour obtenir du cannabis était d’en vendre.

En somme, le Comité retient que le cannabis n’est pas une cause de violence ni de criminalité sauf dans de rares cas et à l’exception bien entendu de la conduite sous l’influence dont il sera question au chapitre 8.

site source :http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/com-f/ille-f/rep-f/repfinalvol1part2-f.htm#Cannabis, violence et criminalité

pour accéder au rapport complet du comité spécial du sénat canadien en 2002 trés intéressant je trouve et qui démontre une fois de plus …

lien : http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/com-f/ille-f/rep-f/repfinalvol3-f.htm

 

Cet article a été écrit par: Marcoelkako sur son blog Le kako





14 États Americains ont déjà legalisé le cannabis térapeuthique!

11 08 2010

USA- Après des décennies de marginalisation, la marijuana médicale est plus largement acceptés dans tout le pays et est en passe de devenir une des plus grandes industries dans les États qui ont adhéré a une médication plus douce, plus naturelle pour les patients souffrant de maladies comme le cancer, le glaucome et le VIH.

Quatorze États, notamment le Michigan, ont légalisé la drogue pour usage médical, et une autre douzaine envisagent de lancer des programmes similaires de projets de loi. La capitale du pays pourraient se joindre à leurs rangs, en effet, en mai dernier le Conseil du District de Columbia  a approuvé à l’unanimité la légalisation et la réglementation du médicament apaisant, inducteur d’appétit qu’est le cannabis.

L’administration Obama et le département américain de la Justice ont déclaré l’an dernier ne plus vouloir poursuivre les cas contre les patients  utilisant le cannabis thérapeutique et les fournisseurs qui se conforment à la législation de l’État. L’utilisation de la marijuana est encore illégale en vertu du droit fédéral, ce que l’administration Bush a rigoureusement fait appliqué.

Dans certains États, la marijuana médicale est devenue une partie importante de l’économie – même si l’expansion de l’industrie a largement diminué dans la zone grise de la loi. En Californie, la marijuana est considérée parmi les cultures les plus rentable de l’état. Au Colorado, les dispensaires de cannabis médicale sont plus nombreux que les cafés Starbucks (3 dispensaires pour 1 café).

Dans d’autres États, tels que le Nouveau-Mexique et l’Oregon, de plus lourdes réglementations ont limité la croissance.

« Il (le commerce du Cannabis) n’est pas devenu une industrie du type Wal-Mart « , a déclaré Jeffrey Miron, un économiste de Harvard University qui étudie le commerce de la marijuana. « Mais il est allé au-delà d’une simple activité de type familiale. »

La Californie a été le premier État à légaliser l’herbe à des fins médicinales en 1996, engendrant une industrie qui a augmenté rapidement et demeure parmi les pays les plus faiblement réglementé.

L’État est le foyer de grandes surfaces de culture du chanvre, où les patients peuvent obtenir des cartes de patient qui certifient leur admissibilité à la consommation de marijuana médicinale, ainsi que du matériel pour la culture de la plante. Une société cotée en bourse, la Marijuana Medical Inc. basée à Marina del Rey, fournit des services de consultation.

Il comprend aussi un dispensaire à Oakland, Harborside Health Center (Centre de santé), qui espère mettre en place la première franchise de cannabis thérapeutique du pays . Un dispensaire est un lieu où les producteurs agréés par l’État, connu sous le nom d’aide-soignants (caregiver), peut vendre leur surplus de cannabis et les patients peuvent l’acheter en montrant leur carte de certification.

la croissance rapide de l’industrie, cependant, a incité de nombreux États, dont le Colorado, à durcir les règles. Certains ont également commencé à taxer les ventes de marijuana médicale. Cela a permis de limiter ou de réduire le nombre d’entreprises dans ce secteur.

A Los Angeles, une nouvelle loi plafonne le nombre de dispensaires à 70.

L’État du Colorado, qui a environ 1.100 dispensaires, exige des propriétaires de payer les droits de licence et de suivre les ordonnances de zonage locaux, a déclaré Mike Meno, un porte-parole de la Marijuana Policy Project, un groupe de défense du cannabis basé à Washington, DC .

Certains experts estiment que des règles plus strictes pourrait inciter environ la moitié des dispensaires de l’État à fermer, selon Meno.

«La tendance est telle que les gens vont suivre l’exemple du Colorado, » d’après M. Meno. « Ils vont se rendre compte qu’on ne peut pas avoir cette industrie continuant d’opérer dans la zone grise. … Les gens doivent savoir ce qui est légal et ce qui n’est pas.  »

Dans le Michigan, l’état des lois de la marijuana médicale sont encore vagues dans de nombreux domaines, tels que sur la façon dont les patients peuvent obtenir la drogue et ce que les producteurs sont censés faire avec leur surplus de marijuana.

Dans cette zone grise, des dispensaires ont ouvert pour répondre aux besoins des patients.

Sans une réglementation plus stricte, leur nombre pourrait se multiplier, disent les experts. Mais c’est peu probable. Certains gouvernements locaux ont déjà chercher des moyens de renforcer les règles sur le commerce de la marijuana médicale.

«Je ne serais pas surpris, dit Meno, si le Michigan rejoint les États qui réglemente leurs industries rétroactivement. »

En Europe, La Hollande reste le principal acteur sur le front du cannabis medicinale et inspirent nombre de leurs voisins.

L’Espagne, quant à elle, laisse ses autonomies procéder a une légalisation progressive ( La Catalogne était la première en 2001), alors que la Finlande était un des premiers pays a faire la demande auprès des Pays-Bas pour importer le Bedrocan (cannabis cultivé pour le gouvernement Hollandais).

Le Royaume Uni a aussi changé ses lois pour permettre l’accès aux cannabinoïdes pour les patients.

La Suisse est elle-même en train d’envisager de réintégrer le cannabis dans sa pharmacopée dès l’an prochain.

On se rend compte dès lors du retard ahurissant de la France en la matière, avec sa politique digne du moyen-âge.

En 2001, 74 patient ont reçu une ATU (Autorisation temporaire d’utilisation) uniquement pour le dronabinol (malgré une difficulté de dosage dénoncé par les patient eux-mêmes), et, après avoir doublé ce nombre l’année suivante, ce chiffre ne cesse de diminuer. A noter que toutes les demande d’ATU pour le Sativex ont été refusées.

Alors, à quand l’ouverture du débat en France?

Le jour ou le Président laissera ses talonnettes au vestiaire peut-être…

Source: Cannabis News





Edwin Stratton: Relaxé pour culture de cannabis

8 06 2010

Un ancien batteur de rock handicapés est sorti libre du tribunal aujourd’hui après avoir été reconnu coupable de culture de cannabis dont il s’est servi pour traiter un trouble médical.

Edwin Stratton, 44 ans, de l’est de Londres, a cultivé les plantes pour aider à soulager les symptômes de la maladie invalidante qu’est la maladie cœliaque.

Il a été remis aujourd’hui une peine de trois mois avec sursis après que la police trouva un certain nombre de plantes poussant dans sa maison de Février 2008.

Son état de santé l’a obligé à abandonner sa carrière avec le groupe de rock One Minute Silence. Il marche maintenant avec une canne et souffre constamment en raison de son état.

M. Stratton a été reconnu coupable le mois dernier à Snaresbrook Crown Court dans l’est de Londres pour la culture de la drogue.

Aujourd’hui, le juge prononçant la sentence, Tudor Owen, a déclaré qu’une peine privative de liberté est inévitable, mais a ajouté qu’il était convaincu que M. Stratton avait cultivé du cannabis pour, selon lui, des raisons médicales.

Il a expliqué: « Je prends en compte votre caractère  irréprochable et que vous n’aviez pas l’intention d’en fournir à quiconque d’autre et que vous l’utilisiez pour ce que vous avez perçue comme de bonnes raisons médicales. »

Lire le reste de cette entrée »





Faut-il legaliser le cannabis?

3 06 2010

Publié aujourd’hui sur le site web du monde et demain dans l’édition papier, une enquête se penche sur la question de la légalisation et la régulation du cannabis. En cette période de crise, nombre de personnes soutiennent une régulation sur le cannabis comme solution économique.

Extrait:

« Au bord de la faillite avec 19 milliards de dollars de déficit, une administration paralysée et des services publics laminés, la Californie pourrait trouver dans le cannabis une solution pour soulager les caisses de l’État. Fin mars, les autorités locales ont annoncé la tenue, en novembre, d’un référendum sur une proposition de loi visant à « légaliser, taxer et réguler la marijuana« .

La mesure permettrait, selon ses initiateurs, non seulement de rapporter près de 1,4 milliard de dollars par an, mais aussi de soulager les forces de police et de décongestionner les établissements pénitentiaires. Autant dire une révolution. Aucun autre État américain et aucun pays au monde n’a légalisé ni taxé la vente de cannabis, les conventions de l’ONU imposant sa prohibition.

Arnold Schwarzenegger se dit ouvert à « un débat robuste ». Contrairement à 1972, quand la Californie avait massivement rejeté une initiative visant à légaliser la marijuana, défendue alors comme étant « inoffensive » et favorisant la « tolérance sociale », la campagne de 2010 s’attaque aux aspects financiers. Et cela marche. D’après un récent sondage, près de 56 % des électeurs californiens voteraient en faveur de la loi. Toutefois, les nombreux opposants n’ont pas encore jeté leurs armes dans la bataille. Arnold Schwarzenegger, le gouverneur républicain de Californie, est personnellement opposé à la légalisation, mais se dit ouvert à « un débat robuste » sur la question. Une façon d’admettre que l’idée a progressivement fait son chemin.

On est loin de la « guerre à la drogue » proclamée par Richard Nixon en 1969, un mois avant le festival de Woodstock. Loin des déclarations d’intention de la communauté internationale qui, en juin 1998, réunie dans l’enceinte des Nations unies, se donna dix ans pour éradiquer la culture des drogues illicites et réduire leur consommation. A l’époque, l’ONU avait même trouvé un slogan: « Un monde sans drogue est possible. » La bataille a eu lieu, mais elle a échoué, et sur tous les fronts.

La drogue la plus prisée au monde. Jamais la consommation de drogues n’a été aussi importante. Jamais elle ne s’est autant répandue et diversifiée. L’exemple de la marijuana est à ce titre exemplaire et pas seulement en Californie. Drogue la plus prisée au monde, elle est consommée par plus de 170 millions d’individus (4 % de la population mondiale adulte), soit 10 % de plus que durant les années 1990, d’après l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC). Le cannabis était, il y a un demi-siècle, une drogue quasiment inconnue, à l’exception de certaines poches comme l’Inde ou la Jamaïque, ou de quelques cercles « avant-gardistes » dans les pays riches.

Tous les pays ont banni la production et l’usage de cannabis, à tout le moins depuis la Convention unique sur les stupéfiants de 1961. Mais aucun n’est parvenu à réduire la consommation de ses habitants avec des lois prohibitionnistes. Pire, celles-ci se sont révélées onéreuses, discriminatoires – particulièrement envers les jeunes et les minorités ethniques – et même prétextes à des atteintes aux libertés dans de nombreux pays. C’est le constat sans appel établi, cette année, par un groupe d’experts internationaux réuni par la Beckley Foundation, un groupe de réflexion britannique.

Une aubaine pour les organisations criminelles. Auteurs d’un rapport éloquent, comparant les usages et les politiques d’une vingtaine de pays, ils avancent qu’il n’y a pas de lien entre la consommation et la prévalence du cannabis avec la politique – répressive ou libérale – mise en place par les gouvernants. « On observe même une très légère baisse de la consommation en affinant les résultats dans les pays les plus permissifs, comme les Pays-Bas », insiste Amanda Feilding, directrice de la fondation. Selon elle, les données récoltées plaident en faveur d’une approche « moins punitive » dans cette guerre « dont il est impossible de sortir vainqueur ».

En 2006, près de 750 000 personnes ont ainsi été arrêtées aux États-Unis pour possession de marijuana. Un taux qui, rapporté à la population totale (environ 300 millions d’habitants), est comparable à celui d’autres pays comme la Suisse ou l’Australie. Toutefois, seule une infime partie de ces arrestations a occasionné des peines d’emprisonnement. « Devant l’absence de preuves indiquant que ces arrestations entraînent une baisse de la consommation du cannabis, il est difficile de voir une quelconque justification dans ces chiffres démesurés », note le rapport.

Depuis quelques années, de nombreuses voix s’élèvent pour pointer les positions de plus en plus difficiles, sinon intenables, des gouvernements. Un des meilleurs exemples est l’ouvrage du juge californien à la retraite, James P. Gray, paru en 2001 et intitulé Why Our Drug Laws Have Failed (« Pourquoi nos lois sur les drogues ont échoué », non traduit).

L’argumentation développée par ce juriste vise à montrer comment la prohibition est devenue « une poule aux œufs d’or » pour les organisations criminelles, un point de vue partagé par un nombre croissant de personnes. Selon un sondage Gallup, 44 % des Américains sont en faveur d’une légalisation du cannabis. Ils n’étaient que 23 % en 1983.

Un phénomène culturel. En 2009, le Mexique et l’Argentine ont décidé de ne plus pénaliser les petits consommateurs. Au Brésil, la prison n’est plus obligatoire pour les consommateurs, même si la possession de drogue est toujours considérée comme un crime. Aux États-Unis, une quinzaine d’États étudient des projets de loi ou des référendums similaires à celui qui sera soumis au vote cet automne en Californie. Une dizaine d’autres planchent également sur des textes visant à décriminaliser ou à réduire les peines infligées aux consommateurs de cannabis.

Pointant du doigt ce phénomène culturel, le magazine économique Fortune avait d’ailleurs estimé, dans un article très remarqué, publié en septembre 2009, que « la question pertinente n’était plus de savoir s’il fallait légaliser ou non, mais plutôt jusqu’à quel point la marijuana ne l’était pas déjà – au moins en tant qu’option locale ».

Alors ? Il semble que l’idée d’une légalisation « contrôlée », comme le préconise la Beckley Foundation, couplée à l’argument financier, gagne du terrain en ces temps difficiles. D’après Jeffrey A. Miron, économiste à l’université Harvard, l’impact d’une telle mesure rapporterait plus de 25 milliards de dollars annuels au budget fédéral des États-Unis. De quoi faire réfléchir. »

Auteur: N. Bourcier
Source: le monde




Des OGM dans le Cannabis?

3 06 2010

Ou juste une nouvelle campagne de désinformation?

Dans l’édition du 20 Mai, le Parisien publie l’article suivant:

« Familles de France s’inquiète de l’augmentation progressive du taux de principe actif, le THC (tétrahydrocannabinol ), dans le cannabis circulant dans l’Hexagone. Selon l’association de protection de l’enfance, les trafiquants manipuleraient génétiquement les graines de cannabis afin de « booster » les effets de la drogue et donc d’attirer le chaland.

//

Une hypothèse fantaisiste ? Peut-être pas, car les techniques existent et se répandent à travers les sites Internet de bio-hacking, un phénomène qui voit des biologistes en herbe s’essayer à la fabrication d’OGM à domicile. Alors que dans un laboratoire d’agronomie cela ne pose aucun problèmes de modifier génétiquement des plantes destinées a une consommation humaine globale comme le maïs, le blé etc.

On ne peut pas exclure l’existence de manipulations génétiques

Emmanuel Guiderdoni, directeur du centre de recherche de l’environnement

Premier indice : avec un taux de THC oscillant autour de 10 %, la quantité moyenne de principe actif contenu dans le cannabis saisi « a doublé depuis quinze ans », note Patrick Mura, vice-président de la Société française de toxicologie.

Pis : la direction des douanes note l’apparition récente de résines venues des Pays-Bas affichant jusqu’à 25 % de THCil faut savoir que la façon/machine/protocole utilisé pour mesurer le taux de THC peut avoir une énorme incidence sur le taux que l’on mesure . « La plupart de ces cannabis sont obtenus par sélection des graines », analyse Emmanuel Guiderdoni, directeur du Cired, un centre de recherche sur l’environnement.Ce qui revient a dire que les variation génétiques sont dues a une sélection et une hybridation des gènes déjà présent dans le patrimoine de la plante. « Cela dit, on ne peut pas exclure l’existence de manipulations génétiques : les gènes conduisant à la fabrication du THC sont connus depuis 2004, et les techniques de reproduction ont été testées en laboratoire avec succès dès 2006. » Les trafiquants s’en servent-ils ? « A grande échelle, ce genre d’opérations coûte beaucoup d’argent, mais vu les moyens financiers dont ils disposent, ce n’est pas impossible. » Mais en quoi le directeur de la branche de Montpellier (NDLR) du C.I.R.A.D (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est une référence en Cannabis et plus encore, en quoi est-il qualifié pour s’avancer sur le domaine du crime organisé? On en revient donc aux hypothèses, sans retenues, pour essayer de justifier une idée déjà pré-conçue. Lire le reste de cette entrée »





La République tchèque va adopter une loi très intéressante en 2010.

30 12 2009

A partir du 1er janvier, en République chèque, les personnes en possession de 15 grammes maximum de cannabis ne seront pas poursuivies pour détention de drogue. La nouvelle législation qui dépénalise la possession de petites quantités de drogues illégales les plus courantes, découle d´une proposition de loi déposée par le Ministre de la Justice et qui a été approuvée par le gouvernement tchèque au début du mois.

Auparavant, il n´y avait pas vraiment de définition claire en ce qui concerne la quantité de drogue que l´on considère comme « petite » ; les normes s´appuyaient sur des directives internes de la police et pouvaient varier d´une région à l´autre. La nouvelle loi définit clairement quelle quantité de chaque drogue est considérée légalement comme « petite ». Les personnes en possession de cette quantité, ou de moins, ne seront donc pas poursuivies.

La nouvelle loi semble en outre autoriser la culture de cinq plants de cannabis. Toutefois, si on se réfère à la loi néerlandaise actuelle, cette autorisation pourrait bien ne pas inclure la culture des plantes à l´intérieur à l´aide de lampes, ni permettre que dans une famille de plusieurs adultes, chacun puisse faire pousser cinq plants.

Quoiqu´il en soit, cette nouvelle loi constitue un grand pas dans la bonne direction et nous espérons que d´autres pays d´Europe s´inspireront de la réforme tchèque pour aller vers une politique saine en matière de drogue.

Source : ceskenoviny.cz








%d blogueurs aiment cette page :