Le Conseil Consultatif Anglais sur les Drogues en pleine débâcle.

7 05 2010

Il semblerai que l’appui scientifique concernant l’utilisation des drogues au Royaume-Uni ne plait pas ou plus a la classe politique. Voyez par vous même:

Au cours des 6 derniers mois au Royaume-Uni le Conseil Consultatif sur l’Abus des Drogues (ACMD)-un organe d’experts indépendants qui conseille le gouvernement sur les questions liées à la drogue, n’a guère été autant à la une des journaux. Une mise à sac et sept démissions n’est pas un bon bilan pour quelconque organisation. le mécontentement du public envers l’ACMD sur la façon dont il fonctionne et comment il est indûment influencé par le gouvernement a laissé un goût amer, avec une crise de confiance sur les preuves la politique fondées au Royaume-Uni.
Le problème à l’ACMD a débuté en Octobre 2009, après le limogeage controversé du président d’alors, le professeur David Nutt pour avoir critiqué la politique du gouvernement sur le cannabis et l’ecstasy. Cinq membres de plus ont démissionné peu de temps après en signe de protestation.

Pr. Les  Iverson

Pr Les Iverson.Une nouvelle marionnette au service des politiques?

En Janvier 2010, le très distingué neurologue, le professeur Les Iverson, a été nommé président par intérim. En Mars 2010, le Dr Polly Taylor a été le prochain à partir, indignés par la publication de la version révisée du Code de Pratique pour les Comités Consultatifs Scientifiques, la reformulation de ce qui a compromis l’indépendance des scientifiques et les dissuaderait de donner des conseils objectifs de peur qu’ils ne soient pas d’accord avec le gouvernement la politique.
Le tollé actuel de l’ACMD est due a une drogue récréative, la méphédrone  (4-methylmethcathinone), un stimulant synthétique le plus semblable chimiquement aux amphétamines. Il est un dérivé de la cathinone, un composé qui se trouve dans la plante appelée khat. La recherche clinique et pharmacologique sur  les cathinones sont rares et la connaissance des effets sur l’homme de cette classe de médicaments ont été tributaires de rapports anecdotiques des usagers et des médecins. Les effets indésirables: tachycardie, des hallucinations, vasoconstriction, anxiété, même la psychose est possible. La substance a reçu une importante attention des médias au Royaume-Uni, après avoir été lié à 25 décès. D’ailleurs, l’ACMD a suggéré que la couverture médiatique a augmenté l’utilisation de la drogue. Lire le reste de cette entrée »








%d blogueurs aiment cette page :