Cannabis: consommation en baisse parmi les jeunes Tchèques

5 12 2012

PRAGUE (République Tchèque)

Le pourcentage de jeunes consommateurs de cannabis en République tchèque a baissé de 20,3% en 2010 à 16,1% en 2011, rapporte mardi à Prague l’Observatoire national des drogues, qualifiant toutefois d’alarmante la situation sur le plan de la consommation d’alcool et de tabac.

Le niveau de consommation des drogues illégales demeure stable, ayant même une tendance à la baisse parmi la jeunesse, ce qui est très positif, selon un rapport de l’Observatoire.

La baisse concerne la tranche d’âge de 15 à 34 ans, précise cet organisme gouvernemental.

Je ne sais pas si l’on peut déjà parler d’une véritable tendance, mais j’espère que la courbe continuera à baisser dans les années à venir, a déclaré à l’AFP Jindrich Voboril, coordinateur de la politique antidrogue du cabinet.

Selon lui, cette baisse est le résultat des programmes de prévention réalisés au niveau gouvernemental et ceux d’autres organismes développant leurs activités dans ce domaine, ainsi que d’un certain changement des modes de comportement au sein de la jeune population.

La République tchèque est un des pays européens les plus libéraux vis-à-vis du cannabis. Les personnes qui possèdent jusqu’à 15 grammes de marijuana ou font pousser chez eux jusqu’à 5 plants ne risquent qu’une amende.

Dans le passé, l’usage des drogues a été beaucoup plus lié à la sous-culture. Aujourd’hui, les jeunes y ont surtout recours alors qu’ils s’amusent, écoutent de la musique et dansent, indique M. Voboril.

Et là, c’est plutôt l’alcool qui sert de drogue d’initiation, dit-il.

L’Observatoire national cite une étude européenne selon laquelle 66% des garçons et 50% des filles tchèques âgés de 16 ans boivent régulièrement de l’alcool. 27,2% des garçons et 24,2% des jeunes filles fument au moins une cigarette par jour.

Ces chiffres montrent que la République tchèque vient malheureusement en tête de l’Europe dans l’usage par les jeunes de l’alcool et du tabac, a admis M. Voboril, l’attribuant à l’absence d’une campagne de prévention visant cette partie de la population. (Source: AFP / 04 décembre 2012 20h14)

En lisant cet article il est une évidence qui ne peut être ignorée, le statut juridique n’as qu’une influence minime sur la consommation. En effet, si l’alcool et le tabac sont des drogues de prédilection pour les jeunes Tchèques, comment expliquer qu’ils aient réduit leur consommation d’une drogue récemment décriminalisée comme le cannabis et que des drogues de tout temps disponibles sont de plus en plus consommées?

La réponse apporté par M. Voboril est révélatrice du vrai problème: une prévention pas assez ciblée et un comportement qui évolue au fil des générations. Pas un instant il ne considère la décriminalisation comme responsable car il est évident que si c’était le cas, la consommation de tabac et d’alcool présenterait des taux d’usage relativement faible depuis le temps qu’ils sont légaux.

Il est temps de prendre le problème à bras le corps et de se poser les bonnes questions pour réduire les risques liés à l’usage de toutes ces substances, la prohibition a clairement montré ses défaut et d’autres mesures bien plus efficaces doivent être envisagées et implémentées.





nouvelle-Zélande: Un cultivateur assigné à résidence

7 07 2011
Peter Davy and Tracey Perrin

Peter Davy et sa compagne Tracey Perrin au sortir du tribunal

Le cultivateur de cannabis Peter Davy et ses partisans sont soulagés après qu’il ai évité une peine d’emprisonnement substituée par une peine de détention à domicile pour avoir cultivé du cannabis.

Davy, qui plus tôt cette année a menacé de faire une grève de la faim s’il devait être emprisonné, a été condamné à la détention à domicile de six mois pour l’importation de graines de cannabis et culture de plantes de cannabis après sa comparution devant le juge Joanna Maze dans le tribunal du District de Timaru hier.

Davy, qui avaient déjà été condamnés pour cultiver du cannabis, avait très tôt reconnu les faits, mais il a combattu une peine d’emprisonnement, étant l’aide-soignant principal de sa partenaire, Tracey Perrin, qui est gravement handicapé par la sclérose en plaques.

«Je suis vraiment heureux de ne pas être en prison. Tracey a besoin de moi; Elle a été tellement stressé que je suis heureux qu’elle puisse se détendre. Il a été toujours été question d’elle, vraiment. Je me sens vraiment mal pour tout ce que je lui ai fait subir,..  » déclare Davy.

Mlle Perrin a également exprimé son soulagement du jugement rendu.

«Je suis ravi qu’il rentre à la maison. Je suis tellement, tellement heureuse parce que s’il devait aller en prison, je ne les aurai jamais laisser me mettre dans une maison de repos », dit-elle. « Je priais aussi dur que je pouvais qu’il puisse revenir à la maison. »

Davy a reconnu cultiver et consommer du cannabis pour son usage médicinal propres, après qu’un médicament qui lui a été prescrit pour une tumeur bénigne sur son hypophyse l’ai rendu violemment malade.

Il avait un certain nombre de condamnations liées au cannabis datant de 2002, et la police a découvert 45 plantes et environ 10.000 graines de cannabis dans la résidence de M. Davy en Décembre.

La juge Maze a déclaré qu’il semblait être avéré que M. Davy comptait réduire ce nombre pour ne garder que les 5 meilleurs plants. Un fusil de calibre 22 a également été trouvé, qu’il a déclaré  utiliser pour la chasse.

Davy a été reconnu coupable et condamné à des peines concurrentes d’un mois de détention à domicile pour possession de cannabis, possession de graines de cannabis et de possession illégale d’une arme à feu.

La Procureur de la Couronne, Anne-Marie McRae a reconnue qu’il n’y avait aucune preuve que Davy tenait une démarche commerciale et a déclaré que le fautif n’apparaissait pas comme une personne sophistiqué. Toutefois, les précédents judiciaire de Davy représente un facteur aggravant, a-t-elle dis.

Bien que le rapport pré-décisionnel indique que les besoins de Mlle Perrin ne serait pas compromis si Davy était emprisonnés, les avocats de la défense Shannon-Leigh Litt, qui a plaidé pour la détention à domicile, a indiqué que ses besoins affectifs ne seraient pas remplies. Mme Litt a également dit que Davy lui avait confié avoir appris de l’expérience et ne tentera jamais plus de cultiver du cannabis à nouveau.

En fixant la peine, le juge Maze a déclaré qu’un point de départ de 12 mois de prison serait justifiée, avec un délai supplémentaire de trois mois pour ses infractions précédentes.

Toutefois, après prise en considération des facteurs atténuants, elle a réduit la peine à neuf mois, avant de considérer la détention à domicile comme une option.

« Il ya la question de l’impact sur votre partenaire. La cour, bien sûr, ne peut être tenu responsable pour cela, » a-t-elle dit.

Cependant, il avait quelque chose à prendre en compte, a déclaré la juge Maze. «La vraie motivation pour vous réside dans votre capacité à rester avec votre partenaire. »

La condamnation de Davy inclut des conditions de détention standards et particulières, il n’a pas le droit de posséder des drogues illicites ou de l’alcool, il doit compléter un court programme de réhabilitation ainsi qu’une nouvelle évaluation psychologique, et tout mesure jugée nécessaire par un agent de probation.

La juge Maze a prévenu que s’il violai sa peine, M. Davy devrait avoir aucun doute quant à ce qui se passerait.

Source: The Timaru Herald

Traduit de l’anglais





Cannabis, violence et criminalité

3 02 2011

Il est évident qu’il existe une certaine association entre les substances psychoactives et la criminalité.  Il est tout aussi évident que ce lien est beaucoup plus complexe qu’on ne le dit parfois, comme l’a souligné le professeur Brochu lors de son témoignage devant le Comité.

« Seulement à mon bureau de l’Université de Montréal, 2 973 études tentent d’établir un lien entre les substances psychoactives et la criminalité.  La majorité de ces études viennent des États-Unis ou de pays anglophones, et cela a pour effet de teinter quelque peu la vision des choses parce qu’on sait que nos voisins américains ont opté pour une approche répressive dans le domaine des drogues illicites.  Ce qui ressort de l’ensemble de ces études, c’est la complexité du lien entre la drogue et le crime. »

Depuis son témoignage, le professeur Brochu a rendu publique l’étude dont il a fait mention au Comité.

On peut examiner la relation drogue – criminalité sous au moins trois angles : les effets de la substance elle-même, les effets du coût de la substance, et l’appartenance de la drogue au monde illicite.cannabis violence et criminalité

Une proportion importante des contrevenants a des problèmes reliés à l’abus de substances psychoactives, l’alcool au premier plan.  De fait, l’étude conclut que l’alcool est la substance la plus fréquemment associée aux délits de violence ; dans le cas des délits contre la propriété, ce sont les drogues illicites qui dominent.  Le cannabis venait au troisième rang (3 à 6 % selon l’étude), loin derrière l’alcool (24 %) et la cocaïne (8 à 11 %).

Sur la seconde approche, les auteurs établissent qu’entre 17 % et 24 % des détenus ont commis une infraction pour se procurer l’argent nécessaire à l’achat de la substance de choix, la plupart du temps de la cocaïne.

Enfin, sur la troisième approche, le fait que les drogues illicites soient marginalisées fait en sorte d’exposer les usagers à un milieu déviant.  Nous avons noté à la section précédente que, concernant le cannabis, le fait que les revendeurs puissent offrir de l’héroïne ou du crack en même temps que du cannabis peut favoriser une trajectoire de passerelle vers ces autres drogues.  De la même manière, le fait que ces substances soient illégales peut contribuer à amener des personnes vers une trajectoire délinquante.  De plus, le milieu du trafic de drogues est un milieu relativement violent où se commettent toute une série d’infractions.  Enfin, le seul fait de vendre du cannabis constitue en soi une infraction pénale et l’on sait qu’un certain nombre de personnes sont incarcérées pour cette raison (du moins si la quantité est supérieure à 30 grammes).

Au total, le cannabis en soi ne mène pas à une trajectoire délinquante et c’est plutôt l’inverse qui pourra se produire : une personne s’inscrivant jeune dans une trajectoire de délinquance sera plus rapidement exposée aux drogues illicites et pourra expérimenter plus tôt et s’installer plus tôt dans une carrière de consommateur.

De plus, en raison même de ses effets psychoactifs relaxants et euphorisants et de ses effets moteurs sur le relâchement du tonus musculaire, le cannabis est peu propice à entraîner des actes de violence.

Les données des études sur les consommateurs à long terme confirment ce portrait d’ensemble sur la relation entre cannabis et criminalité.  Ainsi, Cohen et Kaal ont observé que moins de 5 % de leurs répondants avaient commis des infractions pour obtenir du cannabis (menus larcins, vol à l’étalage, vols).  L’infraction la plus fréquemment commise pour obtenir du cannabis était d’en vendre.

En somme, le Comité retient que le cannabis n’est pas une cause de violence ni de criminalité sauf dans de rares cas et à l’exception bien entendu de la conduite sous l’influence dont il sera question au chapitre 8.

site source :http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/com-f/ille-f/rep-f/repfinalvol1part2-f.htm#Cannabis, violence et criminalité

pour accéder au rapport complet du comité spécial du sénat canadien en 2002 trés intéressant je trouve et qui démontre une fois de plus …

lien : http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/com-f/ille-f/rep-f/repfinalvol3-f.htm

 

Cet article a été écrit par: Marcoelkako sur son blog Le kako





IL FAUT CHANGER TOUTE LA POLITIQUE DE LA DROGUE

5 07 2010

A l’occasion de la sortie d’un livre, l’ancien procureur général du Tessin, député radical au Conseil des Etats, propose de libéraliser le commerce de la drogue et de le faire passer entre les mains de l’Etat.

Entretient par Robert Habel – Mis en ligne le 15.06.2010
Procureur général du Tessin dans les années 80 et aujourd’hui conseiller aux Etats à Berne. Dick Marty, 65 ans, a présenté le week-end dernier un livre de l’ex-super flic Fausto Cattaneo, qui travailla pour lui comme agent infiltré dans une enquête sur les filières de la drogue. Il en a profité pour préconiser une décriminalisation du commerce de la drogue. Rencontre dans son bureau, au centre de Lugano.

  • Vous êtes partisan d’une libéralisation du commerce des drogues?

Je ne suis pas pour une libéralisation, mais pour une remise en question du régime prohibitionniste actuel. On doit avoir la lucidité de faire le bilan de la lutte qu’on mène depuis des décennies sur le plan mondial. Ce bilan, à mon avis, est désastreux: on a créé et alimenté une criminalité sans précédent, qui manie des centaines de milliards de dollars et a créé une culture de type mafieux, corrompu des Etats entiers, infiltré l’économie classique… La répression permet de prendre parfois des petits poissons, mais pas les gros bonnets. Alors il faut s’interroger. La première référence historique, c’est la prohibition de l’alcool aux Etats-Unis, de 1920 à 1932.

  • C’était une catastrophe totale…

Oui. D’un côté, on a créé une criminalité organisée avec énormément d’argent et, de l’autre, on a provoqué des problèmes de santé terribles, parce que l’alcool était souvent frelaté. Aujourd’hui, c’est la même chose pour la drogue. Quand on parle de décès par overdose, c’est souvent parce que la drogue était de mauvaise qualité. Mais si une personne consomme, par exemple, de l’héroïne propre, sous surveillance médicale, elle pourra vivre et travailler normalement. Lire la suite »





Fuck Drugs: Le t-shirt du Ministre-président fait polemique

9 06 2010

Aujourd’hui, la Hollande vote pour un nouveau gouvernement. Le Président-ministre démissionnaire Balkenende est a la une, mais était-ce prévu dans sa nouvelle campagne?

balkenende_188907x.jpgExtrait:

« Le journal de gauche Volkskrant commence sa couverture des élections en titrant en première page « Balkenende lutte pour sa vie politique », et le document illustre le Premier ministre, gardien des mesures désespérées avec une photo de lui sur la campagne électorale en portant un tee-shirt qui dit « Fuck Drugs ». De Telegraaf imprime également une photo de M. Balkenende portant ce T-shirt et demande: «Votre mère dirai-t-elle quelque chose comme ça? ».
Trouw anticipe les négociations de coalition qui seront entrepris très tôt après le 10 Juin. « Les partis se jaugent l’un l’autre, » titre le journal protestant sur sa première page. Selon Trouw, « la bataille pour la présidence du Conseil est un duel entre le Travailliste Cohen et le Libéral Rutte (VVD) ».

Selon le journal, le parti travailliste (PVDA) tente de présenter l’élection comme un combat à l’ancienne entre gauche et droite et que des indices  d’une coalition post-électorale sont avancés par certains des petits partis: « Femke Halsema, la leader GroenLinks (parti ecologiste) et  Alexander Pechtold, leader de D66 (parti democrate) ont également, à plusieurs reprises, et publiquement déclaré qu’ils sont en contact téléphonique quotidien avec leader travailliste Job Cohen « .

Comme il a été dis sur Radio Netherlands:

« Luttant pour sa vie politique, le président-ministre néerlandais Balkenende portait un t-shirt en public récemment déclarant « Fuck Drugs » en grosses lettres sur le thorax.

Non seulement de mauvais goût, mais vraiment hypocrite, ainsi, voyez-vous la cannette de bière dans sa main? L’alcool oui, les drogues non.

Quel message limpide. »

En effet le message est clair! Surtout que dans la langue de Shakespeare, « drug » est aussi le terme qui désigne les médicaments, la différenciation étant totalement arbitraire.

Alors, souhaitait-il passer un message contre les drogues légales vendues en pharmacie?

Source: Volkskrant (NL)





La solution face a la crise: Legaliser les drogues.

1 06 2010

C’est la proposition faite au gouvernement Hollandais qui étudie en ce moment tous les moyens potentiellement viable pour réduire leur budget en cette période de crise.

Le texte est écrit par F. Bolkestein, ancien commissaire européen et ex-leader du Parti VVD (conservateurs), parti qui d’ailleurs s’oppose a toute réforme sur les stupéfiants.

« Les mesures d’austérité pour réduire les dépenses publiques sont un sujet brûlant partout en Europe. Aux Pays-Bas, où un nouveau Parlement sera élu le mois prochain, plusieurs propositions visant à réduire les dépenses de 30 milliards d’euros ont été posé sur la table. Toutes ces propositions frapper là où ça fait mal, mais une solution pourrait être effectivement un soulagement bienvenu: la régulation des stupéfiants. Par «régulation», on entend: permettre la production et la vente de stupéfiants dans des conditions strictes destinées à minimiser l’utilisation, tout en la rendant la plus sécuritaire possible.

La régulation, cependant, reste un sujet extrêmement tabou, même aux Pays-Bas. Et en dépit de l’engagement du cabinet néerlandais qu’aucun sujet ne serait tabou dans son examen des mesures d’austérité potentiel, un comité gouvernemental chargé d’étudier les économies possibles dans le domaine de la sécurité ont à peine osé aborder le sujet. Il a seulement examiné plus avant la réglementation des drogues moins nocives, la marijuana et le haschich, ce qui pourrait – selon certaines estimations – sauver € 183 millions aujourd’hui affectée à l’application des lois et d’autres efforts du gouvernement, et de générer 260 millions en taxes. Le comité ne dit rien des autres drogues. Lire la suite »





Jim Gray, Un juge qui remet la loi en question.

18 05 2010

Après 8 ans de combat pour une politique raisonnable sur les drogues et une décriminalisation globale pour endiguer les conséquence direct d’une tel prohibitions qui sont le Crime Organisé et la Corruption des Politiques, en  Février 2009, le juge Jim Gray répondait a un commentaire sur son site internet en ces termes:

Jim Gray Portrait« Quand je suis devenu juge au tribunal de première instance à la fin de 1983, je n’avais pas d’opinion sur les lois des stupéfiants d’une manière ou l’autre, sauf à les faire respecter. C’est ce que j’avais fait en tant que procureur de la Marine au JAG, et c’est ce que j’ai fait en tant que procureur fédéral de la ville de Los Angeles.

Ensuite, la chose qui me frappa d’abord dans ce domaine, quand j’étais sur le banc, été que la majorité des infractions sont liées a l’alcool, et nous faisions presque rien contre cela. Alors j’ai aidé à établir ce qui fut probablement le premier tribunal des drogues dans le pays. Nous avons examiné tous les conducteurs arrêté pour conduite en état d’ivresse qui entraient dans nos tribunaux pour déterminer qui étaient les alcooliques (On les appelait les « buveurs à risque élevé », mais ils savaient ce que nous voulions dire.), Puis on les plaçaient sur un programme d’ abstinence totale d’alcool. Nous avons réussi à garder 65% de ces personnes sobres pendant 8 mois, cela tant que j’ai pu tenir des statistiques. Nous avons également reçu des lettres provenant, par exemple, les femmes qui nous disaient qu’elles allaient divorcer de leur mari à cause de leur consommation d’alcool.  » Mais maintenant qu’ils suivent votre programme, nous vous remercions, parce que vous nous avez rendu nos maris ». Nous n’avons pas eu besoin de recevoir un trop grand nombre de ces lettres avant de savoir que nous faisions quelque chose de bon.

Donc, avec cette expérience, il ne m’a pas fallu longtemps pour réaliser que nous étions confrontés à des problèmes similaires avec les autres psychotropes, parfois des drogues addictives. Et que les cellules et la prison ne sont pas la réponse. Ce qui marche, quatre choses: l’éducation, la prévention et le traitement, des incitations économiques positives à faire ce qui était socialement acceptable, et la responsabilité individuelle de ses actes. Mais essayer de contrôler ce que les gens mettent dans leur corps ne fonctionnait pas. Et le long du chemin, les problèmes de l’argent de la drogue éclipsaient les vrais problèmes de drogue.

Donc, étant un juge conservateur propret dans un comté conservateur qui n’avaient jamais utilisé une forme quelconque de drogue illicite, j’ai décidé que peu de gens pourraient faire écouter le message à d’autres plus que moi. (Ce n’était certainement pas une démarche «d’avancement de carrière» )Donc, en avril 2001, j’ai effectivement tenue une conférence de presse, et j’ai parlé à propos de mes conclusions aussi publiquement que je pouvais. Et je continue de le faire aujourd’hui.

Alors s’il vous plaît utiliser n’importe quel de vos expériences personnelles et les observations sont, et nous aider à discuter de cette question cruciale. Les décapitations au Mexique ont presque rien à voir avec les drogues: ils sont tous dues a l’argent de la drogue. Et de meme que grand nombre d’autres problèmes tel que la violence, la corruption, le mépris de la loi, de soutenir le terrorisme, et menant directement nos enfants dans un mode de vie de la consommation de drogues et la vente de drogue. L’argent de la drogue est le principal problème, et encore on refuse même de discuter de la question.

Et je serais intéressé par vos pensées, à la fois en général, et au sujet de mon livre.

Merci encore pour cette note, et bonne chance à nous tous.  »

Juge Jim Gray

Juge Jim Gray est l’auteur de Pourquoi notre Politique de Répression des drogues a Échouée, et Que Pouvons –Nous Faire a ce Sujet ,( Why Our Drug Laws Have Failed And What We Can Do About It )un livre ou il explique le modèle prohibitif mis en place vis-à-vis des drogues, ses conséquences sur la société et les réponses envisageables pour en finir avec ce non-sens.

A voir aussi, en Anglais, http://www.youtube.com/watch?v=b6t1EM4Onao ou comment en 8 minutes il explique a qui profite la Guerre contre la Drogue, et donne 6 arguments pour la légalisation des drogues psychotropes.

Vous pouvez suivre ses actualités sur Facebook aussi : END THE WAR ON DRUGS

Sources :  http://www.judgejimgray.com/








%d blogueurs aiment cette page :