Un avion mystère plein de cannabis se pose à Houston !

25 11 2011

Lundi 20 Novembre, Aéroport Exécutif de Houtson, Texas, un avion ne réponds pas aux appel des contrôleurs, les laissant dans le brouillard…

smuggling plane found without pilotAprès avoir atterrit le vent dans le dos, le petit bimoteur fini sa course le nez dans l’herbe. Le silence radio est toujours complet.

Lorsque les autorités aéroportuaires arrivent au niveau de l’appareil, celui-ci est vide. Enfin presque vide puisqu’à l’intérieur se trouve un chargement de 45Kg de marijuana, ce qui pourrai expliquer la raison pour laquelle l’avion a terminé dans l’herbe.

Ce n’est pourtant pas la weed qui tenait le manche et n’importe quel pilote expérimenté vous dira qu’il faudrait être défoncé pour faire un atterrissage avec le vent dans le dos, ou bien un novice.

Les autorités sont toujours à la recherche d’un suspect non-identifié qui selon certains témoins aurait quitté les lieux en courrant laissant ainsi son chargement de cannabis sur place.

L’avion avait été vendu aux enchères suite à la mort de son propriétaire et depuis n’as jamais été enregistré officiellement, les enquêteurs pensent remonter au nouveau propriétaire avec l’aide de ses proches.

Source : HuffingtonPost





Copenhague prépare la légalisation du cannabis!

23 11 2011

Le conseil municipal de Copenhague veut (encore) prendre le contrôle de la vente de hash ! Un marché qui représenterait 1,5 milliard de Kroner annuel, soit environ200 Millions d’Euros.

photo by H. C. Steensen

@ H. C. Steensen

Le Conseiller des Affaires Sociales de la ville, Mikkel Warming, explique que la nouvelle proposition vise à légaliser complètement la vente de cannabis, contrairement au système Hollandais qui la tolère mais ne contrôle rien des ventes, ni même la production ou la distribution de cannabis aux coffeeshops. La capitale Danoise voit le paradoxe d’une telle approche –qui n’en ferait pas autant ?- et préfère travailler sur une légalisation et régulation complète de la production et distribution du cannabis.

Ils souhaitent créer des points de vente ou les vendeurs ne s’intéressent pas qu’au fric, mais surtout aux clients, selon lui: « À qui vaut-il mieux acheter de la marijuana pour un jeune ? Un dealer qui veut qu’ils en consomment d’avantage, qui veut leur vendre des drogues dures, où un fonctionnaire ? »

Bien que le conseillé ne l’ai pas mentionné, « aller pécho » devenant aussi excitant que d’aller dans un bureau municipal devrait faire réfléchir à plusieurs fois bon nombre d’adolescents avant de commencer d’utiliser du cannabis alors qu’ils sont trop jeunes.

Le conseil municipal, avec le soutient du Maire Frank Jensen, a ainsi voté Jeudi  17  Novembre 2011 et approuvé la convocation d’un comité par une marge considérable: 39 votes pour, 9 contre. La prochaine étape est donc la création de ce comité qui doit explorer les moyens possibles de légaliser et contrôler la vente de cannabis dans des « bureaux de hash » gouvernementaux.

Leurs conclusions devront ensuite passer devant le parlement, où il semble régner un climat plutôt favorable à une approche différente en matière de cannabis plutôt que ce système prohibitionniste daté et inefficace.

La capitale Danoise accueille d’ailleurs une alternative depuis 1971 puisqu’elle abrite Christiania, un quartier autoproclamé indépendant où la vente publique de marijuana et de hash est quotidienne. La fameuse ‘Pusher Street’ (La rue des rabatteurs) pourrai devenir bien moins fréquenté si des fonctionnaires s’empare du marché Danois de cannabis !

 

Sources: Le telegraph Copenhagen Post





Le gouvernement Hollandais présente : Le Wietpas

2 11 2011

À partir du premier Janvier 2012, le wietpas sera (peut être) dans les bacs, avec son lots de dealer de rue, de drogues dure encore plus accessible et de risques sanitaires accrues! Venez visiter le Sud des Pays-Bas ! Une production du cabinet gouvernemental des Pays-Bas.

MaastrichtMaastricht: 28 jours plus tard…

Une journaliste Belge a reporté les faits, que beaucoup ( y compris les experts) prévoyaient, observés moins d’un mois après la mise en place du wietpas dans la ville de Maastricht. Cette discrimination entraine une renaissance du marché noir dans la ville du Limburg. Les rabatteurs invitent désormais les chalands discriminés, principalement les Français et Luxembourgeois, à venir acheter du cannabis dans des appartements. Bien souvent ce sont des arnaques et le crime organisé, qui d’ailleurs fournit les coffee, fait coup double en leur offrant d’autre drogues tel que le LSD, Extasy ou le speed. Pire encore le prix du cannabis augmente car le marché noir, non régulé provoque une hausse de la demande! Du coup certains se rabattent vers des produits autorisé à la vente tel que les champignons hallucinogènes librement vendu dans les smartshop.

Un coup dur pour l’économie locale

De nombreuses critiques ont aussi porté sur l’impact économique d’une telle mesure. Une étude commissionnée par le VOCM (Club Officiel des Coffeeshops de Maastricht) rapporte des chiffres qui devrait faire réfléchir les élus. Selon l’étude, rapporté par De Telegraaf, le passe couterait 30 Millions d’Euro à la seule commune de Maastricht, en plus de 345 travail à temps plein! Au final les seuls vrai gagnant dans cette histoire sont les criminels qui voient un marché exploser pendant que des travailleurs honnêtes perdent leur emploi et payent les conséquences des décisions de leurs élus.

Un effet prévu et démontrable

En moins d’un mois, une bonne partie des effets négatifs du wietpas que les experts prévoyaient se révèlent vérifiables. Le marché noir ressurgit au grand jour avec ses rabatteurs toujours plus déterminés pour fournir aux étrangers tout un éventail de produits interdits. Les experts ont beau donner des avis objectifs sur la question, le gouvernement continue de les ignorer. Le Parlement Néerlandais (Tweede Kamer) à même été convoqué pour voter la modification de la Loi de l’Opium et servir cette politique inadaptée de réduction des nuisances associé au tourisme des drogues. Bien que les effets positifs de la politique de tolérance ne soient certainement plus à démontrer, le gouvernement se plie aux volontés Européennes et passe la marche arrière. Pourtant, fort de leur expérience ils pourraient mettre la pression sur leurs voisins pour adopter une politique qui marche : celle de la tolérance!

Sources: De Telegraaf Limburger Contrepoints








%d blogueurs aiment cette page :