La séquence du génome du Cannabis découverte

24 08 2011

(Agence Science-Presse) Il était temps. Le génome du cannabis décodé. Enfin on passe aux choses sérieuses.

un brin d'ADNIl est certain que ce génome-là attirera davantage l’attention que celui de la plante à moutarde ou de l’E. Coli. Mais les fumeurs ne doivent pas espérer tout de suite un cannabis «amélioré» génétiquement si tant est qu’ils le souhaiteraient: tout ce qui a été mis en ligne pour l’instant, c’est la séquence des pairs de bases formant les gènes, comme pour des centaines d’autres espèces —animaux et végétaux— depuis que ces courses aux génomes ont commencé.

Le séquençage est l’œuvre d’une compagnie privée, Medicinal Genomics, dont le nom révèle ses ambitions dans l’application thérapeutique du cannabis. Selon son fondateur le marché du cannabis médicinal «va être un marché assez réglementé […] et la réglementation va venir grâce à la génétique et le marquage des souches qui  seront approuvés.»

Pour ceux qui veulent tout savoir : le séquençage a été effectué dans un laboratoire d’Amsterdam. Il est téléchargeable sur ce site.

Au total la compagnie a découvert de 131 milliards de paires de base qu’il faut encore rassembler et reclasser en séquences correspondant à un gène. —trois fois plus que l’Arabidopsis thaliana, cette cousine de la moutarde qui est le «rat de laboratoire» des biologistes végétaux. La compagnie prévoit de fournir des annotations sur le séquençage d’ici à l’automne prochain, au moyen d’une Application pour Ipad.

De nombreux pays européens prescrivent du cannabis aux patients  qui en ont besoinCette découverte permettrai en outre d’identifier les gènes responsable de la production de cannabinoïdes spécifiques et donc de développer des variétés de cannabis médicinale plus efficaces et ciblées. A terme, cela pourrai donner naissance à des variétés de cannabis médicinale sans effets psycho-actifs.

Certains contestent déjà cette approche. Ils expliquent que le croisement sélectif de variétés connues pour leurs vertus thérapeutiques permet d’obtenir des souches toutes aussi variées et efficaces. Comme le fondateur l’explique la règlementation sur le marché du cannabis médicinal est nécessaire. Cette industrie qui croit de 50% chaque année ne peut se développer sans règles. Pourtant, le décryptage du génome de la plante soulève les questions quant à une privatisation du patrimoine génétique du cannabis.

Le fondateur de Medicinal Genomics, Kevin McKernan, est un ancien du projet génome humain au M.I.T., et raconte avoir été attiré par le cannabis —génétiquement parlant— après la publication d’un article, en 2003, sur les multiples usages thérapeutiques des cannabinoïdes. Et il y a 85 de ces substances dans la plante, ce qui offre du potentiel pour les nombreux effets médicaux du cannabis; antiémétique, antidouleur, anti-inflammatoire etc.

Sources :             Science.Press  Nature.com


Actions

Information

5 responses

10 11 2011
cannabis

Il etait temps.

Quelles sont les utilisations futures esperées grace à ce décodage?

10 11 2011
cannabis-seeds

Bonjour Cannabis,

Les utilisations possibles sont difficiles à lister, d’autant que nombre d’avis divergent…

Selon Medical Genomic, cela permettrai de produire des variétés avec des doses de cannabinoïdes connues d’avance et donc plus facile a doser en fonction des besoins du patient.

Selon les chercheurs Américains de Genome Biology qui se sont basé sur ce résultat pour faire une comparaison avec le chanvre, les conclusions sont les suivantes (excusez l’usage de traducteur electronique par contre):
«  La disponibilité du génome Cannabis sativa permet l’étude d’une plante multifonctionnelle, qui occupe un rôle unique dans la culture humaine. Sa disponibilité aidera au développement de souches de marijuana thérapeutique avec des profils de cannabinoïdes adaptés et fournira une base pour la culture de chanvre en prennant en compte l’amélioration des caractéristiques agronomiques. »

Selon les cultivateurs de dispensaires Américains, ces résultats peuvent être atteint grâce à l’hybridation traditionnelle, et argumentent le fait que la prohibition est la raison pour laquelle le THC a été favorisé au dépends des autres cannabinoïdes.

Selon certains il serait possible de produire des cannabinoïdes sur d’autres plantes grâce à des manipulations génétiques, dès lors que les gènes responsable de la production de ces molécules seront identifiés!

D’autres enfin, voient dans cette démarche un nouveau moyen de s’approprier des éléments naturels. Si la court Suprême Américaine, qui étudie en ce moment même le droit de propriété sur des gènes, statue que le génome appartient a celui qui l’a découvert sans avoir forcément apporté aucune modification génétique, alors il faudra payer des droits à leurs propriétaires.

Le dernier avis soulève bien d’autre questions: Dès lors qu’une variété de cannabis aura été modifié génétiquement, en vue de produire un ensemble de cannabinoïdes particulier, un brevet pourra être déposé et quiconque cultivera cette variétés devra payer le propriétaire du brevet.

Les utilisation possibles d’une telle découverte sont donc peu prévisibles, tout dépends de l’intérêt pour lequel les recherches sont fait en premier lieu…

11 05 2012
doc snow

Oh c’est une plante pas un médicament ! laissez la exister tout simplement elle ne vous demande que ca. À quand du canna OGM ?

15 05 2012
cannabis-seeds

Bonjour Doc Snow,

Le cannabis est, dans le sens strict du terme, un médicament. Les quelques 60 cannabinoïdes identifiés qu’elle sécrète ont des effets sur le corps humain et particulièrement son système immunitaire. Le système endocannabinoïde réponds à ces stimulus ce qui en fait par définition un médicament.

La confusion règne surtout sur l’idée qu’on s’en fait. Il y a un siècle, les médicaments étaient surtout des extraits de plantes vendu en teintures.

Ce n’est que récemment dans l’histoire humaine que nous cherchons à isoler des éléments actifs pour en faire de véritable armes bactériologiques spécialisées, les plantes, utilisées jusque là, contenaient toujours des éléments supplémentaires qui agissent en synergie dans le corps.

Sans vouloir faire l’avocat du diable, dès lors qu’on applique une sélection sur une espèce pour en améliorer la progéniture peut déjà être considéré tel que de la modification génétique. Bien sur le processus est naturel et donc ne surprend personne, pourtant cela reviens a « manipuler » le matériel génétique disponible en fonction des résultats. Les carottes sont oranges non pas à cause d’un seul gène, mais bien a cause du travail humain (les horticulteurs Hollandais voulaient rendre hommage à la famille royale, d’où les carottes à la couleur royale) .

Que cela soit fait en laboratoire ou au cours des générations ce n’est pas tant le résultat qui importe, mais les motivations qui poussent à chercher de nouvelles combinaisons…

Merci pour le commentaire doc!

Cordialement

19 10 2012
Y Griega

des OGM dans les poumons ! Non merci ! On en bouffe déjà trop…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :