La séquence du génome du Cannabis découverte

24 08 2011

(Agence Science-Presse) Il était temps. Le génome du cannabis décodé. Enfin on passe aux choses sérieuses.

un brin d'ADNIl est certain que ce génome-là attirera davantage l’attention que celui de la plante à moutarde ou de l’E. Coli. Mais les fumeurs ne doivent pas espérer tout de suite un cannabis «amélioré» génétiquement si tant est qu’ils le souhaiteraient: tout ce qui a été mis en ligne pour l’instant, c’est la séquence des pairs de bases formant les gènes, comme pour des centaines d’autres espèces —animaux et végétaux— depuis que ces courses aux génomes ont commencé.

Le séquençage est l’œuvre d’une compagnie privée, Medicinal Genomics, dont le nom révèle ses ambitions dans l’application thérapeutique du cannabis. Selon son fondateur le marché du cannabis médicinal «va être un marché assez réglementé […] et la réglementation va venir grâce à la génétique et le marquage des souches qui  seront approuvés.»

Pour ceux qui veulent tout savoir : le séquençage a été effectué dans un laboratoire d’Amsterdam. Il est téléchargeable sur ce site.

Au total la compagnie a découvert de 131 milliards de paires de base qu’il faut encore rassembler et reclasser en séquences correspondant à un gène. —trois fois plus que l’Arabidopsis thaliana, cette cousine de la moutarde qui est le «rat de laboratoire» des biologistes végétaux. La compagnie prévoit de fournir des annotations sur le séquençage d’ici à l’automne prochain, au moyen d’une Application pour Ipad.

De nombreux pays européens prescrivent du cannabis aux patients  qui en ont besoinCette découverte permettrai en outre d’identifier les gènes responsable de la production de cannabinoïdes spécifiques et donc de développer des variétés de cannabis médicinale plus efficaces et ciblées. A terme, cela pourrai donner naissance à des variétés de cannabis médicinale sans effets psycho-actifs.

Certains contestent déjà cette approche. Ils expliquent que le croisement sélectif de variétés connues pour leurs vertus thérapeutiques permet d’obtenir des souches toutes aussi variées et efficaces. Comme le fondateur l’explique la règlementation sur le marché du cannabis médicinal est nécessaire. Cette industrie qui croit de 50% chaque année ne peut se développer sans règles. Pourtant, le décryptage du génome de la plante soulève les questions quant à une privatisation du patrimoine génétique du cannabis.

Le fondateur de Medicinal Genomics, Kevin McKernan, est un ancien du projet génome humain au M.I.T., et raconte avoir été attiré par le cannabis —génétiquement parlant— après la publication d’un article, en 2003, sur les multiples usages thérapeutiques des cannabinoïdes. Et il y a 85 de ces substances dans la plante, ce qui offre du potentiel pour les nombreux effets médicaux du cannabis; antiémétique, antidouleur, anti-inflammatoire etc.

Sources :             Science.Press  Nature.com








%d blogueurs aiment cette page :