Jimmy Carter, 30 ans après, il veut toujours légaliser le cannabis

21 06 2011

Vendredi dernier marquait l’anniversaire des 30 ans de la déclaration du président Reagan qui vouait une « guerre aux drogues ». A cette occasion le New York Times a publié un éditorial où son prédécesseur, Jimmy Carter, déclare son soutient pour les récentes recommandations demandant aux pays du monde entier d’implanter des « modèles de régulation juridique de la drogue… Conçu pour miner le pouvoir du crime organisé et protéger la sécurité de leurs citoyens ».

Dans cet éditorial, le président Carter a qualifié les recommandations de la Commission mondiale pour les politiques sur les drogues « courageuses et profondément importantes. »

Il raconte aussi la situation telle qu’elle était lors de sa présidence:

«Dans un message au Congrès en 1977, j’ai déclaré que le pays devrait décriminaliser la possession de moins d’une once de marijuana (28g), avec un programme complet de traitement pour les toxicomanes», Carter écrit. « J’ai aussi mis en garde contre le remplissage de nos prisons avec des jeunes qui étaient sans danger pour la société. »

Jimmy Carter, Ex Président et Prix Nobel de la Paix en 2002

Jimmy Carter, Ex Président et Prix Nobel de la Paix en 2002 supporte la légalisation

Comme il l’a souligné dans ce même édito, la population carcérale est passé de 500,000 Prisonniers sous sa présidence en 1981 à plus de 2 millions en 2009. De plus, j’ajouterai que bien que 12% de la population du pays soit Afro-américaine, ils représentent 48% de la population carcérale du pays et dans la ville de New York seule, 85% des arrestations concerne des membres de minorités ce qui prouve que la guerre au drogues n’est en fait qu’une guerre racial dans un pays tourmenté par son histoire qui a débordé sur la scène internationale.

Pour l’ancien président et prix Nobel de la paix  » Les sanctions contre la possession d’un produit stupéfiant ne doit pas être plus dommageable pour un individu que l’usage de la drogue elle-même « .

« Ces idées étaient largement acceptées à l’époque, » Carter écrit. « Mais dans les années 1980 le président Ronald Reagan et le Congrès ont commencé à dériver des politiques antidrogue équilibrée, y compris le traitement et la réinsertion des toxicomanes, vers de vains efforts pour contrôler les importations de drogue provenant de pays étrangers. »

« Un résultat a été une escalade terrible violence liée aux drogues, la corruption et les violations flagrantes des droits humains dans un nombre croissant de pays latino-américains», écrit Carter.

Cela ne s’est pas arrêté aux pays Sud-Américains; la guerre en Afghanistan est l’exemple type de l’ingérence Américaine dans les pays producteurs de drogues, tentant vainement de traiter le « problème » à sa source, ils ont mis en place un régime ou le président est lui-même  indirectement impliqué dans le trafic d’opium. Cette violence touche aussi certains pays africains qui sont désormais utilisé comme plaque tournante du trafic international commandité par les cartels sud américains pour atteindre les mégalopoles Européennes.

Car le problème de la drogue ce n’est pas les pays producteurs qui le créent, mais bel et bien la société occidentale poussée en permanence à la consommation dans un contexte ou l’addiction est un outil de marketing.

« Peut-être l’augmentation du fardeau fiscal sur les citoyens riches nécessaire de payer pour la guerre contre la drogue va contribuer à une réforme des politiques sur les drogues de l’Amérique», écrit Carter. «Au moins les recommandations de la Commission mondiale donneront une certaine couverture pour les dirigeants politiques qui veulent faire ce qui est juste. »

Une proposition de loi pour mettre fin à la prohibition du cannabis au niveau fédéral aux États-Unis doit être présentée ce jour au Congrès Américain. En espérant que cette proposition soit suivi de mesure effectives qui fasse évoluer une situation plus qu’intenable.

Source: Toke Of the Town (en Anglais)


Actions

Information

3 responses

17 10 2011
Chuck

Je pense que la question de la dépénalisation du canabis devrait concerner le monde entier.Cette plante si utile et précieuse fait partie de notre patrimoine ancestral commun.La fumer n’est qu’une de ses nombreuses utilisations et pas la moindre…A mon avis les gouvernements redoutent le sentiment de bien être et de liberté qu’elle procure,que faire d’une population bien dans sa peau trouvant un équilibre philosophique et spirituel dans les gestes quotidients de la vie de tout les jours?Ce bonheur qui leur échappe n’est pas tolérable à l’échelle d’un peuple.Le cannabis représente à leurs yeux une forme d’indépendance et d’insoumission qu’ils ne peuvent tolérer.C’est vraiment dommage,beaucoup de conflits et de malentendus persistent dans le monde à cause de genre de situations.Il est temps que les dirigeants des grandes puissances se réunissent afin de trouver ensembles des méthodes de réflexion et de compréhension de l’humanité pendant qu’il en est encore temps.Bonsoir.

17 10 2011
cannabis-seeds

Bonjour Chuck,

Merci pour cet avis éclairé! Je suis persuadé que le cannabis ne convient pas à tout le monde et son utilisation devrait être accompagné de mises en garde et conseils pour éviter des complications. Mais je suis tout à fait d’accord sur le fait que la dépénalisation devrait concerner le monde entier, et j’irai même plus loin en parlant de légalisation mondial en favorisant d’abord la production de chanvre industriel pour fournir en biomasse des solutions alternatives aux énergies fossiles. Le cannabis médicinal devrait quant à lui être produit par les gouvernements pour garantir une qualité aux patients qui en ont besoin pour améliorer leur quotidien. Enfin l’usage récréatif ne devrait être un crime que lorsqu’il est pratiqué dans des lieux publics fermé comme pour le tabac.
Les gouvernements peuvent se réunir, je crains qu’ils ne pourront trouver une solution qui arrange tout les partis. Et par partis je parle des lobby et des banques, car le peuple est le dernier de leur soucis, ce qui importe pour un pays c’est d’avoir une économie en hausse, une note stable chez les agences de notation et des banques solides pour supporter le marché boursier et un chiffre de l’OMS stipulant que la population est bien-portante. Si un tel à le SIDA ou une SEP pourquoi autoriser une plante qui pourrait les aider à vivre une vie plus normal si celle-ci fait de l’ombre au géants pharmaceutiques qui supporte l’économie du haut de leurs milliards de $ de revenu? Si la biomasse issue du chanvre peut mettre en péril les bénéfices de l’industrie pétrochimique pourquoi risquer de perdre un acteur majeur de l’économie occidentale au profit d’une plante qui rapporterai plus aux paysans qu’aux foreurs?
Bref, $$$ quand tu nous tiens, ce sont ceux qui en ont le moins qui paye la note.

23 11 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :