Les patients soignés au cannabis classifiés comme ‘toxicomanes’ par les sheriffs d’Orégon

14 04 2011

Malgré la quantité d’armes à feu illégales et de drogues véritablement nocives qui semble inonder l’Amérique jusqu’aux cou, la police d’Oregon est concernés du fait que les consommateurs légaux de marijuana médicinale pourrait être également armés.

En vertu de la loi américaine sur le contrôle des armes de 1968 (Gun Control Act), les armes ne peuvent être vendues aux toxicomanes. La plupart des gens approuveraient ce qui est une bonne idée, puisque l’image mentale de «toxicomane» est presque toujours négative: tremblements, sale, paranoïaque, et incapables de pensée rationnelle. Personne ne veut armer telle personne.

Les permis de port d’armes de poing sont refusé

Les shérifs de l’Oregon, cependant, classent les usagers de cannabis thérapeutique comme des toxicomanes et refusent de délivrer des permis de port d’armes de poing dissimulées pour eux (en opposition aux permis de port simple qui nécessite que l’arme soit toujours visible). Le bureau du shérif,  de par la loi de l’État, ne devrait pas refuser d’accorder une telle licence a quiconque remplie une liste de conditions demandé. Ces conditions comprennent généralement la citoyenneté américaine, avoir suivi un cours de sécurité d’arme à feu, pas de casier judiciaire, pas de maladie mentale ou des problèmes de toxicomanie. Encore une fois, ce sont toutes les exigences raisonnables, mais les patients en cours de traitement au cannabis médicinal qui remplissent ces critères se voient encore refusé le permis.

L’utilisation de marijuana prescrite par un médecin ne doit pas limiter les droits d’une personne

Une patiente titulaire d'une carte de marijuana médical

Une patiente titulaire d'une carte de marijuana médical

Chauffeur de bus scolaire retraité, Cynthia Willis est une de ces patients, et avec trois autres plaintifs, elle fait partie d’un procès potentiellement historique en cours d’examen par la Cour suprême d’Oregon. Cynthia aime à porter un Walther P-22 pistolet automatique, dont elle dit n’avoir jamais eu à le sortir, pour l’auto-défense. Elle utilise également du cannabis pour contrôler les spasmes musculaires et la douleur de son arthrite, mais dit qu’elle ne s’en sert jamais quand elle prévois de porter son arme (ni même conduire). Jusqu’à présent, elle a gagné deux procès en se basant sur l’argument stipulant que la consommation de drogues prescrites ne disqualifie pas une personne de détenir un permis armes à feu dissimulées, et le cannabis médicinal est un médicament prescrit comme les autres.

Plus en jeu que le simple droit de porter une arme à feu

une culture de cannabis en exterieur aux États-Unis

une culture de cannabis en extérieur aux États-Unis

Ce qui est en jeu ici n’est pas seulement le droit des usagers de cannabis médicinal à transporter (caché) des armes à feu: selon la loi de l’Oregon, si quelqu’un n’a pas un permis de port d’arme dissimulée mais est en possession d’un simple port d’armes à feu, ils peuvent tout simplement porter leur pistolet ouvertement, ce que Cynthia prévoit de faire si elle perd son procès. Compte tenu des événements tragiques survenus à Alphen aan den Rijn ce samedi, le dernier d’une longue série de fusillades horribles par des propriétaires d’armes sous licence dans le monde entier, on peut faire valoir que les permis de port d’armes à feu devrait être révoqué dans son ensemble.

Comment abuser de votre propre culture cannabis à usage thérapeutique?

La question sous-jacente qui préoccupe  en Oregon est le classement des patients de la marijuana médicale de «toxicomanes», avec toutes les connotations négatives de cette épithète. Bien que les graines de cannabis n’ont jamais été illégale dans l’Oregon, et qu’il a été le premier État à décriminaliser la possession de petites quantités de cannabis en 1973, les tribunaux ont récemment décidé que les employeurs ont le droit de licencier les usagers de cannabis thérapeutique. Les shérifs de cette commune soutiennent ouvertement que la majorité des détenteurs de cartes médicales abusent du droit d’utiliser la ganja comme un médicament, en dépit du fait que l’achat, la vente, et les dispensaires sont toujours interdites de telle sorte que les patients doivent cultiver leurs propres plantes (ou demandez à quelqu’un de se développer pour eux, sans but lucratif) afin de suivre leur traitement.

cannabis café en Oregon

NORML est actif en Oregon, premier état a décriminaliser la possession de cannabis

Défendre les droits des utilisateurs de marijuana médicale

Directeur exécutif de la NORML, Allen St-Pierre se concentre sur la défense du droit de chaque titulaire de carte de marijuana médicinale à être traité comme tout autre citoyen, selon lui: «Une personne qui consomme du cannabis médical ne devrait pas avoir à renoncer à ses droits fondamentaux tels qu’ils sont énumérés par la Constitution ».

Source: Associated Press


Actions

Information

One response

18 05 2011
enrcio couture

ses vrm dla boule shite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :