Le cannabis n’induit PAS le cancer du poumon!

8 07 2010

Traduction d’un article publié dans le Washington Post en Mai 2006 suite au résultats d’une étude commanditée par le gouvernement lui-même.

Etant donné qu’en France les arguments de cancers chez les fumeurs de cannabis sont légion, il est utile d’avoir (pour une fois) un avis vraiment scientifique:

La plus grande étude en son genre a de façon inattendue a conclu que fumer de la marijuana, même régulièrement et fortement, ne conduise pas à un cancer du poumon.

Les nouveaux résultats « étaient contre nos attentes », a déclaré Donald Tashkin, de l’Université de Californie à Los Angeles, un pneumologue qui a étudié la marijuana pendant 30 ans.

«Nous avons émis l’hypothèse qu’il y aurait une association positive entre la consommation de marijuana et le cancer du poumon, et que l’association serait plus positive avec une utilisation plus fréquente, dit-il. «Nous avons découvert qu’il n’y avait pas d’association, et même une suggestion d’un effet de protection. »

Les responsables de l’application de la santé fédéral et des médicaments ont largement utilisé les travaux antérieurs de Tashkin sur la marijuana pour faire prouver que le médicament est dangereux. Tashkin a dit que tandis qu’il croit encore la marijuana est potentiellement dangereux, ses effets cancérigènes semblent être moins préoccupante qu’on ne le pensait.

Des travaux précédents ont établi que la marijuana contient des substances chimiques cancérigènes aussi potentiellement dommageables que celles du tabac, at-il dit. Toutefois, la marijuana contient également un produit chimique, le THC, qui dit-il peut stopper le vieillissement des cellules et les empêcher de devenir cancéreuses.

L’étude de Tashkin, financé par le National Institutes of Health’s National Institute on Drug Abuse, 1.200 personnes participent à Los Angeles qui avait un cancer du poumon,  du cou ou la tête et un 1.040 personnes supplémentaires sans cancer appariés pour l’âge, le sexe et le voisinage.

Ils ont tous été interrogés sur leur utilisation de la marijuana, le tabac et l’alcool au cours de leur vie. Les fumeurs de marijuana les plus lourd avait allumé jusqu’à plus de 22.000 joints, tandis que l’utilisation moyennement lourde a été défini par une consommation de 11.000 à 22.000 cigarettes de marijuana. Tashkin a constaté que même les très gros fumeurs de marijuana ne montraient aucune augmentation de l’incidence des trois cancers étudiés.

« C’est la plus grande étude clinique jamais faite, et tout le monde a dû remplir un questionnaire très complet sur l’utilisation de la marijuana, at-il dit. « L’ambiguïté peut se glisser dans les recherches, mais nous avons contrôlé pour éviter le plus grand nombre de facteurs de confusion que nous avons pu, et je crois que ces résultats ont une signification réelle. »

Le groupe de Tashkin à l’école David Geffen de médecine de l’UCLA avait émis l’hypothèse que la marijuana augmenterait le risque de cancer sur la base des précédentes petites études sur l’homme, des études de laboratoire sur des animaux, et le fait que les utilisateurs de marijuana inhalent plus profondément et généralement retiennent la fumée dans leur poumons plus longtemps que les fumeurs de tabac – les exposant à des substances chimiques dangereuses pour un temps plus long. En outre, Tashkin dit, des études antérieures a constaté que le goudron de la marijuana a des concentrations de 50% plus élevé de produits chimiques liés au cancer que le goudron de tabac à cigarettes.

Même si aucune association entre la consommation de marijuana et le cancer a été trouvé, les résultats de l’étude, présentée à l’American Thoracic Society Conférence internationale cette semaine, a constaté une augmentation de 20 fois supérieur dans le cancer du poumon chez les personnes qui fumaient deux ou plusieurs paquets de cigarettes par jour.

L’étude a été limitée aux personnes de moins de 60ans parce que ceux âgés de plus que ne sont généralement pas exposés au cannabis dans leur jeunesse, quand il est le plus souvent essayé.

Le résultat de cette recherche est bien évidement a relativiser dans un mode de consommation Européenne.

En effet sur le vieux continent le cannabis est trop souvent associé au tabac ce qui fausse les données.L’action combiné des goudrons du cannabis et du tabac augmente en effet le risque de cancer, plus que lors de la consommation de ces substances séparément.

Risque par ailleurs totalement absent chez les utilisateurs de vaporisateurs car  en l’absence de combustion, aucun goudron n’est inhalée.

En outre, il est important d’apprendre a faire la distinction entre information et désinformation. Cette étude alors commandité pour prouver le liens de causalité entre cannabis et cancer montre parfaitement le ridicule des gouvernements qui s’acharnent a vouloir prouver que le danger prévaut à l’utilisation.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :