Le Conseil Consultatif Anglais sur les Drogues en pleine débâcle.

7 05 2010

Il semblerai que l’appui scientifique concernant l’utilisation des drogues au Royaume-Uni ne plait pas ou plus a la classe politique. Voyez par vous même:

Au cours des 6 derniers mois au Royaume-Uni le Conseil Consultatif sur l’Abus des Drogues (ACMD)-un organe d’experts indépendants qui conseille le gouvernement sur les questions liées à la drogue, n’a guère été autant à la une des journaux. Une mise à sac et sept démissions n’est pas un bon bilan pour quelconque organisation. le mécontentement du public envers l’ACMD sur la façon dont il fonctionne et comment il est indûment influencé par le gouvernement a laissé un goût amer, avec une crise de confiance sur les preuves la politique fondées au Royaume-Uni.
Le problème à l’ACMD a débuté en Octobre 2009, après le limogeage controversé du président d’alors, le professeur David Nutt pour avoir critiqué la politique du gouvernement sur le cannabis et l’ecstasy. Cinq membres de plus ont démissionné peu de temps après en signe de protestation.

Pr. Les  Iverson

Pr Les Iverson.Une nouvelle marionnette au service des politiques?

En Janvier 2010, le très distingué neurologue, le professeur Les Iverson, a été nommé président par intérim. En Mars 2010, le Dr Polly Taylor a été le prochain à partir, indignés par la publication de la version révisée du Code de Pratique pour les Comités Consultatifs Scientifiques, la reformulation de ce qui a compromis l’indépendance des scientifiques et les dissuaderait de donner des conseils objectifs de peur qu’ils ne soient pas d’accord avec le gouvernement la politique.
Le tollé actuel de l’ACMD est due a une drogue récréative, la méphédrone  (4-methylmethcathinone), un stimulant synthétique le plus semblable chimiquement aux amphétamines. Il est un dérivé de la cathinone, un composé qui se trouve dans la plante appelée khat. La recherche clinique et pharmacologique sur  les cathinones sont rares et la connaissance des effets sur l’homme de cette classe de médicaments ont été tributaires de rapports anecdotiques des usagers et des médecins. Les effets indésirables: tachycardie, des hallucinations, vasoconstriction, anxiété, même la psychose est possible. La substance a reçu une importante attention des médias au Royaume-Uni, après avoir été lié à 25 décès. D’ailleurs, l’ACMD a suggéré que la couverture médiatique a augmenté l’utilisation de la drogue.
La démission la plus récente a été M. Eric Carlin en réponse à la reclassification des méphédrone dans la classe B avec son interdiction ultérieure aux côtés d’autres dérivés de cathinone. Selon Carlin, le processus décisionnel s’est axé principalement sur la chimie et la légalité de la drogue, et trop peu sur les mesures de santé publique qui pourrait réduire les dommages. En outre, le rapport ACMD, Examen de la cathinones, qui a recommandé l’interdiction, a documenté des éléments de preuve très maigre sur la méphédrone, y compris l’absence d’un lien de causalité direct entre les décès signalés et la drogue. De façon alarmante, le rapport, qui n’était qu’un projet, était encore en cours de discussion par le ACMD quand Iverson se précipita hors de la réunion pour informer le ministre de l’Intérieur, Alan Johnson, de leur recommandations à temps pour une conférence de presse. Comme le dis Carlin sur son blog: «Nous avons été indûment mis sous pression par les médias et les politiciens pour prendre la décision difficile de reclasser la substance a bras raccourci. »
Tout aussi notable est la publication très discrète, le même jour du rapport de l’ACMD d’autres, les voies d’accès à problèmes, un rapport détaillé sur les recommandations faites en 2006 sur la consommation de drogues dangereuses. Le rapport contient des conclusions potentiellement désagréables sur la lutte contre les problèmes des jeunes, y compris l’insuffisance de mesure sur l’alcool et du tabac, ainsi que l’appel pour une révision du Misuse of Drugs Act 1971 (Loi sur le Détournement de Drogues de 1971). Pourtant, ce rapport n’a pas reçu l’attention des médias ou même une réponse du ministère de l’Intérieur. Au contraire, elle s’est vue pratiquement ensevelis sous les discussions sur le statut juridique des méphédrone.
Il y avait peu de temps pour examiner attentivement les preuves scientifiques sur la méphédrone. L’ACMD n’a pas suffisamment de preuves pour juger les préjudices causés par cette classe de médicaments. Il est trop facile et potentiellement contre-productif d’interdire les nouvelles substances qui se présentent plutôt que de chercher à mieux comprendre qui motive les jeunes et comment nous pouvons les influencer. Nous devrions essayer de soutenir des comportements sains plutôt que de simplement punir les gens qui ne respectent pas les normes de notre société. De rendre les drogues illicites vont également décourager la recherche cruciale sur ce médicament et d’autres comportements liés à la drogue, et il sera beaucoup plus difficile pour les personnes ayant des problèmes à obtenir de l’aide.
Les termes d’engagement entre les ministres et les experts-conseils approuvé par Alan Johnson ont été bafoués. Au cours des 12 dernières années, le gouvernement travailliste a fait beaucoup pour construire une base scientifique solide au Royaume-Uni et de renforcer le rôle important que joue la science dans notre économie et la société. Cependant, les événements entourant l’ ACMD  sont le signal d’une fin décevante de la relation du gouvernement avec la science. La politique a été autorisé à contaminer les processus scientifiques et les conseils qui sous-tendent la politique. Le résultat d’une enquête indépendante sur les pratiques de l’ACMD, commandé par le Home Office (Ministère de l’Intérieur)  en Octobre 2009, est maintenant attendus de manière urgente. Les leçons de cette débâcle doivent être apprises par un nouveau gouvernement entrant.

Avec un fort probable gouvernement conservateur qui se profile depuis les élections jouées pas plus tard qu’hier, sauront-ils tirer les vrais leçons? On ne peut que l ‘espérer…

En attendant, quand la communauté scientifique soulève le problème du Cannabis et des autres substances psyco-actives, classées arbitrairement contre l’avis scientifique, on limoge encore sans considération.

Pour exemple une citation du précèdent Président de l’ACMD, Pr. David Nutt s’exprimant sur les dangers menaçant ses 4 enfants: « La drogue dont je suis sur mes enfants (âgés de 18 a 26 ans, NDLR) peuvent en mourir est l’alcool. C’est la substance qui est responsable pour les plus grands dommages portés a leur génération et je croit que nous nous devons d’être honnête vis-a-vis de ce fait. »

Source: The Lancet (en Anglais)


Actions

Information

One response

7 07 2010
Cannabis: Le débat s’impose « Cannabis, Marijuana et plus!

[…] savoir, pas plus qu’elle ne permet de voir : elle est faite d’œillères qui privent même les hommes politiques des données qui permettraient d’agir à la lumière des […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :