« le Prince de la Beu » extradé pour vente de graines de cannabis

21 05 2010

Liberez Marc EmeryAu Canada, celui que l’on appelle «prince de la Beuh» (Prince of Pot)  a été introduit aux États-Unis où il est prévu de plaider coupable à la vente de graines de cannabis à des clients américains.

Marc Emery aurait vendu des millions de graines de marijuana à travers le monde par la poste.

Il a été ordonné d’extradition par le ministre canadien de la Justice Rob Nicholson, le 10 mai.

M. Emery est arrivé à Seattle, Etat de Washington, le jeudi et devrait plaider coupable lundi.

Richard Troberman, avocat de M. Emery, a déclaré à l’agence Associated Press que son client plaiderait coupable à une accusation de complot en vue de fabriquer de la marijuana en échange d’une peine d’accord de cinq ans de prison.

M. Emery, un résident de Vancouver, en Colombie-Britannique, a déclaré qu’il avait fait 3 millions de dollars (€2,24M) un an avant son arrestation en 2005.

Ses graines auraient été tracées jusqu’à l’exploitation  illégale croissante de cannabis dans l’Indiana, la Floride, Tennessee, le Montana, la Virginie, le Michigan, New Jersey et le Dakota du Nord, selon la US Drug Enforcement Administration (DEA).

Les partisans de M. Emery prétendre que le gouvernement conservateur du Canada, dirigé par le Premier ministre Stephen Harper, a entrepris une vaste « guerre de la culture »en n’intervenant pas dans son extradition.

L’épouse de M. Emery, Jodie Emery, a appelé les militants de la marijuana afin de fermer la rue Hastings, un corridor achalandé de Vancouver, pour protester contre son extradition.

«Mon mari a commis un crime punissable que par une amende de 200 $ au Canada, mais le gouvernement conservateur veux l’envoyer servir jusqu’à 25 ans de prison des États-Unis », a déclaré Mme Emery dans un communiqué de presse jeudi matin.

Elle a ajouté: «Je vous le promets, Stephen Harper, nous vous traquerons jusqu’à ce que vous ne soyez rien d’autre qu’un mauvais souvenir. »

Sources: BBC





Du chanvre au Pentagone!

20 05 2010

Lyster-in-his-field.jpgRécemment, la Hemp Industries Association (HIA) est entré en possession d’artefacts fort intéressants.

Pour le citoyen lambda au États-Unis, la distinction entre chanvre, marijuana et cannabis est indissociable après des décennies de propagande. La DEA (Drug Enforcement Administration), qui est la seul instance a pouvoir autoriser la culture du chanvre, contrairement aux pays Européens ou ces décisions sont prises par les ministères d’agriculture, considère en effet que la culture du chanvre industriel n’aurai pour conséquence que de perturber le message qu’elle essaye de donner depuis sa création. « La marijuana est une drogue dangereuse qui tue », bien que les seuls morts a déploré a ce jour sont dus au statu illégal de la plante et non a ses propriétés!

Il suffit de voir la propagande mise en place par celle-ci contre le cannabis aux États-Unis, leur argument contre la culture de chanvre revient a dire, que cela porterai a confusion les enfants qui pourrai faire l’amalgame avec la drogue. (bien que 14 États désormais autorise le cannabis thérapeutique!?)

Selon la loi Américaine, le seul moyen pour faire pousser du chanvre légalement est de le faire pousser sans feuilles, sans fleurs, comme une simple tige donc. La nature elle ne permet pas cela.

Mais la DEA n’a cependant pas toujours été en charge de cette décision, d’où l’intérêt de cette acquisition par la HIA, des journaux privé de grande valeur.
Découvert récemment à une vente de garage à l’extérieur de Buffalo, mais jamais rendu public, ces journaux relatent la vie de Lyster H. Dewey, un botaniste du Ministère Américain de l’Agriculture dont la longue carrière s’est étendue à cheval sur les 19e et 20e siècles. Dewey écrit soigneusement sur la culture aux noms exotiques, des variétés de chanvre – Keijo, Chinamington et autres – sur une parcelle de terrain du gouvernement connue sous le nom d’Arlington Farms. En effet, il tenait la ferme de chanvre de l’Oncle Sam.

Ce que les défenseurs du chanvre ont réalisé enthousiasmés par la découverte est l’emplacement de cette ferme. Une grande partie de la superficie a été remise au ministère de la guerre dans les années 1940 pour la construction du bâtiment de bureaux le plus grand du monde : le Pentagone.

Ainsi, a présent, les militants du chanvre peuvent clamer qu’un élément important de leur héritage réside dans la richesse du sol en Virginie du Nord à côté d’un symbole extrêmement importante du gouvernement qui les ont tellement enragé et fait pester au fil des ans.

Grâce à Lyster Dewey, la lumière faite sur les activités du gouvernement avant la prohibition ne fait qu’accentuer les bases démagogiques d’une loi contre nature.

Source: Washington Post 13/05/2010 (Anglais)





Jim Gray, Un juge qui remet la loi en question.

18 05 2010

Après 8 ans de combat pour une politique raisonnable sur les drogues et une décriminalisation globale pour endiguer les conséquence direct d’une tel prohibitions qui sont le Crime Organisé et la Corruption des Politiques, en  Février 2009, le juge Jim Gray répondait a un commentaire sur son site internet en ces termes:

Jim Gray Portrait« Quand je suis devenu juge au tribunal de première instance à la fin de 1983, je n’avais pas d’opinion sur les lois des stupéfiants d’une manière ou l’autre, sauf à les faire respecter. C’est ce que j’avais fait en tant que procureur de la Marine au JAG, et c’est ce que j’ai fait en tant que procureur fédéral de la ville de Los Angeles.

Ensuite, la chose qui me frappa d’abord dans ce domaine, quand j’étais sur le banc, été que la majorité des infractions sont liées a l’alcool, et nous faisions presque rien contre cela. Alors j’ai aidé à établir ce qui fut probablement le premier tribunal des drogues dans le pays. Nous avons examiné tous les conducteurs arrêté pour conduite en état d’ivresse qui entraient dans nos tribunaux pour déterminer qui étaient les alcooliques (On les appelait les « buveurs à risque élevé », mais ils savaient ce que nous voulions dire.), Puis on les plaçaient sur un programme d’ abstinence totale d’alcool. Nous avons réussi à garder 65% de ces personnes sobres pendant 8 mois, cela tant que j’ai pu tenir des statistiques. Nous avons également reçu des lettres provenant, par exemple, les femmes qui nous disaient qu’elles allaient divorcer de leur mari à cause de leur consommation d’alcool.  » Mais maintenant qu’ils suivent votre programme, nous vous remercions, parce que vous nous avez rendu nos maris ». Nous n’avons pas eu besoin de recevoir un trop grand nombre de ces lettres avant de savoir que nous faisions quelque chose de bon.

Donc, avec cette expérience, il ne m’a pas fallu longtemps pour réaliser que nous étions confrontés à des problèmes similaires avec les autres psychotropes, parfois des drogues addictives. Et que les cellules et la prison ne sont pas la réponse. Ce qui marche, quatre choses: l’éducation, la prévention et le traitement, des incitations économiques positives à faire ce qui était socialement acceptable, et la responsabilité individuelle de ses actes. Mais essayer de contrôler ce que les gens mettent dans leur corps ne fonctionnait pas. Et le long du chemin, les problèmes de l’argent de la drogue éclipsaient les vrais problèmes de drogue.

Donc, étant un juge conservateur propret dans un comté conservateur qui n’avaient jamais utilisé une forme quelconque de drogue illicite, j’ai décidé que peu de gens pourraient faire écouter le message à d’autres plus que moi. (Ce n’était certainement pas une démarche «d’avancement de carrière» )Donc, en avril 2001, j’ai effectivement tenue une conférence de presse, et j’ai parlé à propos de mes conclusions aussi publiquement que je pouvais. Et je continue de le faire aujourd’hui.

Alors s’il vous plaît utiliser n’importe quel de vos expériences personnelles et les observations sont, et nous aider à discuter de cette question cruciale. Les décapitations au Mexique ont presque rien à voir avec les drogues: ils sont tous dues a l’argent de la drogue. Et de meme que grand nombre d’autres problèmes tel que la violence, la corruption, le mépris de la loi, de soutenir le terrorisme, et menant directement nos enfants dans un mode de vie de la consommation de drogues et la vente de drogue. L’argent de la drogue est le principal problème, et encore on refuse même de discuter de la question.

Et je serais intéressé par vos pensées, à la fois en général, et au sujet de mon livre.

Merci encore pour cette note, et bonne chance à nous tous.  »

Juge Jim Gray

Juge Jim Gray est l’auteur de Pourquoi notre Politique de Répression des drogues a Échouée, et Que Pouvons –Nous Faire a ce Sujet ,( Why Our Drug Laws Have Failed And What We Can Do About It )un livre ou il explique le modèle prohibitif mis en place vis-à-vis des drogues, ses conséquences sur la société et les réponses envisageables pour en finir avec ce non-sens.

A voir aussi, en Anglais, http://www.youtube.com/watch?v=b6t1EM4Onao ou comment en 8 minutes il explique a qui profite la Guerre contre la Drogue, et donne 6 arguments pour la légalisation des drogues psychotropes.

Vous pouvez suivre ses actualités sur Facebook aussi : END THE WAR ON DRUGS

Sources :  http://www.judgejimgray.com/





Sting, membre d’honneur du DPA, soutient la cause du cannabis

14 05 2010

praying for a new drug policy?Sting, le musicien de renommée internationale et militant, fait équipe avec la Drug Policy Alliance pour appeler à mettre fin à la guerre contre la drogue a échoué. Sting a écrit une lettre passionnée, portant sur les conséquences dévastatrices de la guerre contre la drogue et incitant les gens à soutenir la Drug Policy Alliance dans la défense des politiques de drogues sain d’esprit.

«La guerre contre la drogue a échoué, mais c’est pire que cela. Elle nuit activement à notre société. Les crimes violents sont en plein essor dans l’ombre de ce à quoi le commerce de la drogue a été consigne. Les gens qui ont réellement besoin d’aide, ne peuvent pas en obtenir. Ni même les personnes qui ont besoin de marijuana médicinal pour traiter des maladies terribles. Nous dépensons des milliards, en remplissant nos prisons avec les délinquants non violents tout en sacrifiant nos libertés.  »

Sting explique comment il est tombé sur la Drug Policy Alliance (DPA), après avoir lu un article d’opinion par son directeur exécutif, Ethan Nadelmann, dans le Wall Street Journal sur les échecs de la prohibition des drogues. L’article d’Ethan « a osé dire noir sur blanc dans une argumentation réfléchie et méticuleuse, que tous ceux qui ont étudié sérieusement la question savent depuis des années: la guerre contre la drogue est un échec absolu dont le coût pour la société est de plus en plus insupportable et absolument injustifiable. »

La DPA utilisera la lettre de Sting pour recruter de nouveaux membres. Sting suit de longue date les traces du  partisan DPA Walter Cronkite, le légendaire journaliste qui est décédé l’année dernière.

« Je suis absolument ravi que Sting ait accepté de se joindre à la DPA en plaidant pour la fin de la guerre contre la drogue », a déclaré Ethan Nadelmann. « Sting a pris la tête sur cette question importante et nous savons qu’il en inspirera d’autres à s’exprimer et à s’impliquer. »

En plus d’écrire la lettre, Sting est également devenu un membre du conseil d’honneur de la Drug Policy Alliance. Il se joint aux autres membres DPA du conseil honoraire, y compris l’ancien secrétaire d’État George Shultz P., Arianna Huffington, Russell Simmons, ancien président de la République tchèque Vaclav Havel et d’autres éminents défenseurs du bien public pour la réforme des politiques de drogues.

La Drug Policy Alliance est la principale organisation nationale travaillant pour mettre fin à la guerre contre la drogue et à promouvoir des politiques de drogue nouvelle, fondée sur la science, la compassion, la santé et les droits de l’homme. La DPA a son siège social à New York, avec des bureaux en Californie, Washington, DC, le Nouveau-Mexique, et du New Jersey.

Source: DPANetwork





Rick Simpson sur l’huile de cannabis

12 05 2010

Rick walks out ouf court

Quand les gens vont-ils se réveiller et regarder ce que le système a fait pour eux? En 1923, le gouvernement du Canada dans toute leur sagesse a adopté des lois restreignant l’usage de chanvre indien à des fins médicinales. Puis dans les années 1930, ils ont rebaptisé le chanvre «marijuana» et se mirent à essayer de laver le cerveau du public en lui faisant croire que le chanvre était une drogue nouvelle, dangereuse et additive. Jusqu’à ce jour, le gouvernement a continué de leur campagne de dénigrement contre le cannabis sans aucune preuve vérifiable à l’appui.

Le chanvre n’est pas une drogue, c’est une plante, et le chanvre est la plante médicinale la plus versatile sur Terre. Tout au long de l’histoire, le chanvre a toujours été connu pour être un médicament plus ancien connu et le plus sûr de l’homme. En outre, la nature non-dépendance de cette plante est connue depuis des milliers d’années. La médecine de chanvre était connue comme une panacée, ce qui signifie «remède a tout faire» et les pharmacopées anciennes en tenaient compte.

Alors, pourquoi notre gouvernement adopte des lois pour restreindre l’utilisation d’une plante dont on sait qu’il possède toutes ces vertus médicinales? La réponse est écœurante, mais simple (beaucoup d’argent). les amis des gouvernements riches voulaient le chanvre interdit parce que le chanvre a présenté un danger pour leurs préoccupations monétaires. Les lois sont censées être mises en place pour faire le plus grand bien pour le plus grand nombre; évidemment cette loi limitant l’usage médical de cannabis est corrompu.

Il semble que la personne moyenne ne comprennes pas l’ampleur du crime qui a été commis contre l’humanité. Depuis 1923, le gouvernement a regardé ses propres citoyens souffrir et mourir sans raison autre que la cupidité. Combien de temps allons-nous continuer à laisser faire cela? N’avons-nous pas assez entendu de leur double langage? Et n’est-il pas temps pour que la vérité soit dit? Le nombre de personnes souffrant de maladies potentiellement mortelles comme le cancer sont en augmentation à un rythme alarmant, mais le gouvernement reste là et ne fait rien. Comme si tout cela ne suffisait pas, sur des années le gouvernement a corrompu tout ce qu’ils pouvaient contrôler afin de s’opposer à l’utilisation du chanvre. Les politiciens, avocats, médecins, R.C.M.P. agents, etc. tous supportent le gouvernement sans question. Beaucoup de ces gens se comportent de cette façon en raison de la simple ignorance des faits. Ils aiment à utiliser des lignes comme: «Nous ne faisons que notre travail. » Comme le dit le vieil adage, «Vous seriez surpris combien il est difficile de trouver quelqu’un pour comprendre quelque chose a leur emploi quand il requiert de ne pas le comprendre. »

Un grand nombre de personnes dans de nombreuses professions sont aujourd’hui plus qu’heureux de se rallier à la corruption, afin qu’ils puissent prendre une vie facile aux dépens du public. Tout ce qu’ils ont à faire est agir sans conscience, simplement nier le mal qu’ils font, et le gouvernement de les protéger. Les gens croient vraiment que les médecins ne savent rien de la médecine du chanvre? Comment quelqu’un qui ne sait rien des vertus médicinales et les utilisations de la meilleur panacée naturelle sur Terre puisse se dire médecin? Qu’en est-il des avocats? Ne savent-ils pas que la loi interdisant l’usage médical du chanvre est une abomination? Bien sûr que non. La vérité est que les avocats gonflent de beaucoup leurs revenus en défendant des personnes accusées de possession ou d’usage de cannabis. Pensez-vous que les avocats veulent voir ces lois prohibitionnistes du chanvre abolie? Vous pouvez mettre votre main a couper qu’ ils n’en ont pas.
Lire le reste de cette entrée »





Le Conseil Consultatif Anglais sur les Drogues en pleine débâcle.

7 05 2010

Il semblerai que l’appui scientifique concernant l’utilisation des drogues au Royaume-Uni ne plait pas ou plus a la classe politique. Voyez par vous même:

Au cours des 6 derniers mois au Royaume-Uni le Conseil Consultatif sur l’Abus des Drogues (ACMD)-un organe d’experts indépendants qui conseille le gouvernement sur les questions liées à la drogue, n’a guère été autant à la une des journaux. Une mise à sac et sept démissions n’est pas un bon bilan pour quelconque organisation. le mécontentement du public envers l’ACMD sur la façon dont il fonctionne et comment il est indûment influencé par le gouvernement a laissé un goût amer, avec une crise de confiance sur les preuves la politique fondées au Royaume-Uni.
Le problème à l’ACMD a débuté en Octobre 2009, après le limogeage controversé du président d’alors, le professeur David Nutt pour avoir critiqué la politique du gouvernement sur le cannabis et l’ecstasy. Cinq membres de plus ont démissionné peu de temps après en signe de protestation.

Pr. Les  Iverson

Pr Les Iverson.Une nouvelle marionnette au service des politiques?

En Janvier 2010, le très distingué neurologue, le professeur Les Iverson, a été nommé président par intérim. En Mars 2010, le Dr Polly Taylor a été le prochain à partir, indignés par la publication de la version révisée du Code de Pratique pour les Comités Consultatifs Scientifiques, la reformulation de ce qui a compromis l’indépendance des scientifiques et les dissuaderait de donner des conseils objectifs de peur qu’ils ne soient pas d’accord avec le gouvernement la politique.
Le tollé actuel de l’ACMD est due a une drogue récréative, la méphédrone  (4-methylmethcathinone), un stimulant synthétique le plus semblable chimiquement aux amphétamines. Il est un dérivé de la cathinone, un composé qui se trouve dans la plante appelée khat. La recherche clinique et pharmacologique sur  les cathinones sont rares et la connaissance des effets sur l’homme de cette classe de médicaments ont été tributaires de rapports anecdotiques des usagers et des médecins. Les effets indésirables: tachycardie, des hallucinations, vasoconstriction, anxiété, même la psychose est possible. La substance a reçu une importante attention des médias au Royaume-Uni, après avoir été lié à 25 décès. D’ailleurs, l’ACMD a suggéré que la couverture médiatique a augmenté l’utilisation de la drogue. Lire le reste de cette entrée »








%d blogueurs aiment cette page :