La politique Americaine dans le brouillard

24 02 2010

legal pot consumptionEtats-Unis 22/02/2010 – Quand le président Obama a désigné Michele Leonhart à la tête de la DEA, le mois dernier, ceux qui espéraient une politique fédérale sensée -une  qui promouvrai la recherche scientifique pour ses vertus médicinales et éviterai les poursuites lorsqu’elle est utilisé conformément à la réglementation législative locale – sur la marijuana médicale  frissonnèrent.
Dans son rôle d’agent spécial chargé de la LAFD (L.A. Field Division, équipe de terrain de la DEA),M.Leonhart avec zèle réprimait des dispensaires (quoique, on pourrait faire valoir, que cela été au cours des années Bush et Clinton, et elle se conformait à la politique de la Maison Blanche). Puis, en 2008, comme chef par intérim de la DEA, elle a rejeté la demande d’un botaniste de l’Université du Massachusetts à cultiver de la marijuana à des fins de recherche (mais cela aussi est en ligne avec l’administration Bush constamment opposé aux avis scientifiques).

Alors, que devons-nous attendre maintenant si elle est confirmée a son poste par le Sénat? Difficile à dire. Depuis le serment d’investiture d’Obama, il a été difficile de savoir si la DEA – que Leonhart a dirigé par intérim depuis Novembre 2007 – est prète à respecter la politique de son administration en arretant ses opérations contre les cultures de marijuana médicale qui ne violent pas les lois des Etats.

Le second jour d’Obama en poste, l’agence a fait irruption dans une officine à South Lake Tahoe. Deux semaines plus tard, cinq clubs de Los Angeles ont été pris d’assaut, provoquant une réprimande de la Maison Blanche. Quelques jours plus tard, la DEA a fait une descente dans un club de Fort Bragg, en Californie. Cela a incité un discours du Procureur General des USA Eric H. Holder Jr. suggérant que les ressources fédérales ne devraient pas être axées sur la marijuana médicale. En août, l’agence augmentait les descentes de cannabis clubs de Californie, et le 9 septembre, il en organisèrent 20 dans la seul ville de San Diego. Enfin, en Octobre, E.Holder Jr. mis sa directive par écrit.

Néanmoins, la semaine dernière à Denver, la DEA s’est attaqué a un agriculteur après qu’il – un peu imprudemment, il faut le dire – soit passé à la télévision pour parler de son installation dans son sous-sol. Dans une interview en prison avec les médias locaux, Chris Bartkowicz, qui a une licence d’Etat (pour cultiver la Marijuana Medicale ndlr.), a défendu son opération et s’est dit convaincu que les agents fédéraux ne le ciblerai plus après l’intervention d’Holder.

Après avoir répondu d’abord que la marijuana est illégale et qu’ils raid qui ils leur plait, les agents de Denver argumentent maintenant que C.Bartkowicz a plus de plantes que l’Etat n’autorise. Il dit le contraire. Un juge en décidera.

La confusion ne peut être résolue que par Washington. Quatorze Etats ont actuellement des lois sur la marijuana médicale, et plus sont susceptibles de les adopter, en multipliant le désarroi juridiques de façon exponentielle. Idéalement, une politique cohérente découleraient depuis le directeur de la DEA vers ses bureaux régionaux. Mais ca peut se prouver impossible ; le mystère plane quant a savoir si M. Leonhart a jamais reçu le mémo de son Procureur Générale.

Sources: cannabisnews.com

L.A Times


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :